400 postes de médecins créés en zone prioritaire : instruction

La mise en œuvre d’une des  mesures phare de Ma santé 2022 sur les "400 postes de médecins généralistes dans les territoires prioritaires" est précisée dans l'Instruction du 6 février 2019 relative à la mise en oeuvre de la mesure "400 postes de médecins généralistes dans les territoires prioritaires"

La mesure comprend deux volets :

-       200 postes, au minimum, de jeunes médecins généralistes à exercice partagé ville-établissement.

Tous les établissements, qu’ils soient public ou privé, ou  ESMS sont éligibles à partir du moment où l’activité libérale associée  est réalisées en territoire prioritaire.  

Ces postes seront financés, pour la établissement de santé , par des crédits Merri au prorata du temps de travail hospitalier réalisé par le jeune médecin et, pour la partie libérale, par le biais de facturations à l'assurance maladie. Le ministère précise la répartition régionale de ces postes sur 13 régions tout en indiquant que ces chiffres constituent "un minimum".A noter toutefois que les établissements médico-sociaux ne seront pas éligibles à une MERRI malgré leur possibilité de recourir à ces postes partagés, mais pourront émarger au FIR selon les ARS.

-       200 postes de médecins généralistes salariés par des centres de santé ou par un médecin libéral. Ils seront financés durant deux ans par des crédits du fonds d'intervention régional (FIR) pour 2019 qui couvrent la garantie de coût salarial, se déclenchant au-delà d'un nombre minimal d'actes réalisé par le médecin, qui pourra être complété au cas par cas par une aide forfaitaire au démarrage.

 Les ARS vont lancés les appels à candidature.