3e Plan Alzheimer - Rapport Commission Ménard : La FEHAP préoccupée par la question du financement


La FEHAP juge « prometteur » le rapport présenté par la commission Ménard. Toutefois la Fédération s’inquiète de ne pas voir la question du financement abordée de manière explicite.

Paris (France), le 15 novembre 2007 – La Fédération des Etablissements Hospitaliers et d’Assistance Privés à but non lucratif (FEHAP) juge « prometteur » le rapport remis par le Professeur Ménard au Président de la République le 8 novembre dernier, en vue de la mise en place d’un plan national pour la prise en charge de la maladie d’Alzheimer et des troubles apparentés. Selon la FEHAP, la plupart des propositions qui y sont formulées vont dans le bon sens. La Fédération se dit toutefois préoccupée car la question du financement de ces propositions n’a pas été abordée clairement.

Parmi les propositions du rapport jugées très positives par la FEHAP figure la reconnaissance des personnels travaillant auprès des malades, par le biais de la formation, la valorisation des acquis de l’expérience (VAE) et une revalorisation salariale. La FEHAP qui s’engage et agit depuis de nombreuses années en faveur d’une prise en compte personnalisée des besoins de l’aidant, se réjouit également de l’accent mis sur l’accompagnement des malades et de leurs aidants familiaux dans le cadre d’une réflexion éthique permanente, et sur le renforcement des mesures permettant de choisir le maintien à domicile. La FEHAP se dit aussi très favorable à la création d’un droit universel à l’autonomie et à la mise en place d’un guichet unique s’appuyant sur l’expérience des Maisons Départementales des Personnes Handicapées, appelées à devenir Maisons départementales de l’autonomie.

La FEHAP s’inquiète de l’absence d’éléments explicites concernant le financement de ces propositions. Il lui semble néanmoins fondamental de souligner le positionnement qu’adopte Joël Ménard dans sa lettre au Président de la République, en faveur de la mise en place d’un droit universel à l‘autonomie, qui reviendrait à créer une cinquième branche de la protection sociale pour prendre en charge la dépendance. La Fédération estime en effet souhaitable d’aborder la question du financement dans ce sens, et elle appelle à l’ouverture d’un large débat public sur les efforts que notre société est prête à consentir en faveur de l’aide à l’autonomie.

« Même si la FEHAP s’était interrogée sur l’opportunité d’un 3e plan Alzheimer alors même que les résultats de l’évaluation du précédent n’étaient pas connus, elle salue le travail mené par le Professeur Ménard et son équipe. Il serait toutefois regrettable que, faute de financement, les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, les familles, et les professionnels qui les accompagnent voient leurs attentes déçues », a déclaré Véronique Covin, Directeur du Secteur Social et Médico-Social à la FEHAP.

À propos de la FEHAP : La Fédération des Etablissements Hospitaliers et d’Assistance Privés à but non lucratif totalise 3112 établissements et services adhérents, dont 2200 dans le domaine social et médico-social, 2,5 millions de personnes accueillies chaque année, une capacité totale de 200 000 lits et places, et plus de 187 000 salariés. (www.fehap.fr)


Pour consulter le Rapport de la Commission Ménard, cliquez ici