Les principales nouveautés du dispositif apportent des améliorations et des simplifications aux pro

Les principales nouveautés du dispositif apportent des améliorations et des simplifications aux procédures d’information, d’alerte et d’organisation des structures locales. Ainsi, le plan ne prévoit plus que trois niveaux. Consultez sur cet article toutes les nouveauté et accédez au dossier complet du ministère.

Canicule et chaleurs extrêmes / Nouveautés de la version 2006

Le dispositif national destiné à prévenir et lutter contre les conséquences sanitaires d’une canicule, dénommé « plan canicule », a été mis à jour en une « version 2006 ». Cette révision prend en compte le retour d’expérience des épisodes de fortes chaleurs de l’été 2005.

Les principales nouveautés du dispositif apportent des améliorations et des simplifications aux procédures d’information, d’alerte et d’organisation des structures locales.

Le plan 2006, intègre ainsi :

la nécessité – pour la compréhension par le public - d’une meilleure articulation entre niveaux du plan canicule et de la carte de vigilance météorologique ;
la fusion des niveaux de pré-alerte et d’alerte du plan national canicule 2005 en un niveau unique « mise en garde et actions », s’agissant d’un seul et même phénomène.
Niveaux du plan

Plus que trois niveaux :

1- veille saisonnière » du 1er juin au 31 août ; (sans changement)
2- mise en garde et actions » :
-regroupe les anciennes phases « pré-alerte & alerte »
-« mise en garde (canicule et santé) » : individuelle, de l’entourage et des services
-«actions » : des services nationaux, déconcentrés et des collectivités
3- « mobilisation maximale » ; (sans changement)


Dénomination Caractéristiques


Veille saisonnière 1er juin – 31 août ; vérification des dispositifs opérationnels ; veille quotidienne de l’activité sanitaire (inchangé)
Mise en garde et actions Risque de canicule prévue ou canicule en cours ; mise en œuvre des actions adaptées au phénomène et aux informations d’activité sanitaire. (fusion des anciens niveau 3 d’alerte et 2 de pré-alerte)
Ce niveau peut donc inclure une phase d’anticipation d’un risque de canicule et une phase de canicule elle-même.
Mobilisation maximale Canicule avec impact sanitaire important, étendue sur une grande partie du territoire et compliquée d’effets collatéraux (délestages ou pannes électriques, sécheresse,…)

Décisions


- L’Institut de veille sanitaire réalise une évaluation du risque météorologique et sanitaire en concertation avec Météo-France. Elle tient compte des indices biométéorologiques et de critères qualitatifs associés (intensité, durée et extension géographique attendues du phénomène, facteurs météorologiques aggravants, pollution atmosphérique, critères sociaux, etc.).
L’Institut de veille sanitaire rédige un message d’alerte « canicule et santé » qui synthétise les éléments d’analyse et fait une recommandation de déclenchement de niveaux du plan national canicule, transmise au PC santé et aux préfets des départements concernés.
- Les préfets décident du déclenchement de leur plan départemental canicule (niveau, « mise en garde et actions ») et mettent en place les actions adaptées à la situation et à son évolution.
- Une conférence téléphonique quotidienne a lieu entre le PC santé et les préfets.

Articulation du plan canicule et des cartes de vigilance météorologique

L’évaluation du risque sanitaire et météorologique est réalisé chaque jour par l’Institut de veille sanitaire, en concertation avec Météo France. A l’issue de cette concertation, Météo France publie la carte de vigilance météorologique. Elle informe le public de ce risque « canicule » à 24 heures. Les départements concernés apparaissent en vigilance jaune, orange ou rouge « canicule » selon l’intensité du phénomène prévu et l’évaluation du risque sanitaire associé. Le pictogramme canicule n’apparaît qu’à partir du niveau orange. La vigilance orange caractérise un niveau de risque sanitaire et météorologique qui correspond à une canicule au sens du plan national canicule (niveau de « mise en garde et d’actions »).
La carte de vigilance météorologique est destinée à l’information du public de ce risque «canicule» à l’échéance de 24 heures et identifie les départements concernés. Ces départements apparaissent en vigilance jaune, orange ou rouge, « canicule » selon l’intensité du phénomène.
Le niveau jaune de la carte de vigilance correspond à un risque météorologique et sanitaire d’un niveau inférieur à celui du niveau de « mise en garde et actions » du plan canicule. Il ne justifie pas, a priori et par lui-même, un déclenchement du « niveau de mise en garde et d’action ». Les actions à engager relèvent de l’appréciation du préfet de département.

Cliquez ici pour consulter la circulaire interministérielle du 27 juin 2006 définissant les nouvelles dispositions du plan 2006

Cliquez ici pour consulter le dispositif complet proposé par les pouvoirs publics

Financements

Lors de la présentation du plan, le 21 juin 2006, le ministre a également annoncé le déblocage immédiat de 17 millions d'euros pour renforcer les effectifs des services et établissements pour personnes âgées dépendantes pendant l'été. Ces moyens sont destinés aux services de soins infirmiers à domicile (SSIAD), aux maisons de retraite et aux unités de soins de longue durée (USLD) et permettront selon lui de recruter des personnels soignants saisonniers en contrat à durée déterminée ou de rémunérer des heures supplémentaires. Ces moyens pourront être renforcés si nécessaire et sont déjà disponibles dans les départements pour les services