Consultation d'annonce

Le CNOM a consacré ses débats le 28 juin à "la consultation d'annonce". Reflexion à la fois sur les pratiques médicales et l'organisation de la prise en charge, les expériences existantes notamment en cancérologie permettent de brosser quelques pistes pour la généralistation de l'écoute et de l'accompagnement que le médecin doit à chacun de ses patients au moment du diagnostic d'une maladie grave.

Pour les médecins, nul doute qu'il s'agit "d'assumer" la responsabilité pleine et entière de ce dialogue qui ne saurait être délégué à un autre professionnel au risque de réduire et cantonner les médecins dans un rôle de pur technicien. La part d'humanité fait partie intégrante du soin : comprendre pour mieux guérir mais également pour mieux mourrir. La vocation du médecin est d'accompagner ce cheminement individuel.

Ainsi l'on comprend qu'il ne s'agit pas de faire de la consultation d'annonce un dipositif à l'écart du reste de la prise en charge avec à l'extrême un personnel dédié et des locaux spécifiques. C'est dans cet esprit, que l'ordre envisage quelques pistes pour favoriser la qualité de cette consultation d'annonce :

- Intégration du compagnonnage dans la formation des jeunes médecins : considéré comme le seul à permettre l'acquisition d'un savoir-être. Un nouvel article du code de déontologie (68 bis) a d'ailleurs d'ores et déjà été transmis au ministère de la Santé en ce sens.

- Introduction claire du rôle de la personne de confiance. Est initié en ce sens un travail d'adaptation du dernier alinéa de l'article 35 du code de déontologie afin d'y préciser la place de cette personne de confiance.

- déploiement d'une messagerie professionnelle électronique sécurisée afin de renforcer la coordination et la cohérence des informations entre les professionnels de santé.

Vous pouvez consulter le compte rendu du CNOM en cliquant ici

 

Pour mémoire, dans le cadre du plan cancer, le dispositif d'annonce tel qu'il a été initié est en cours d'évaluation.
L'appel à candidature pour cette évaluation avait été lancé auprès de  25 services de cancérologie adulte et 5 services d'onco-pédiatrie et est complété d'un sondage  BVA auprès de patients pris en charge dans les établissements de santé (prévu en 2010 et reconduit en 2012).

Vous pouvez retrouver l'appel à candidature en cliquant ici