la FEHAP intègre le comité partenarial petite enfance de la CNAF.

Suite à la rencontre le 19 février 2014 entre Monsieur Lenoir, Directeur Général de la CNAF, et Monsieur Dupuis, Directeur Général de la FEHAP, la FEHAP fait désormais partie du comité partenarial petite enfance de la CNAF.

La première séance à laquelle nous avons assisté à eu lieu le 27 mai 2014, plusieurs points étaient inscrits à l’ordre du jour :

  • Présentation du futur portail partenaires de la branche famille : « Omega » : Oméga est un nouveau système d’information de l’action sociale, il doit permettre améliorer le pilotage des politiques d’action sociale, d’optimiser et sécuriser la gestion opérationnelle des aides collectives et développer et consolider les relations partenariales.

 

  • Présentation de la circulaire « fonds publics et territoires » : Ce fonds a pour objet de financer des projets permettant de réduire les inégalités tant en ce qui concerne le niveau de services rendus que la nature des réponses mises en œuvre sur les territoires.

Le fonds publics et territoires est doté de 380 millions d’euros pour la période 2013-2017. Les différents fonds existants précédemment sont unifiés dans un souci de simplification. Il comporte 6 axes d’intervention (qui sont susceptibles d’être mobilisés simultanément) :

  1. Renforcer l’accueil des enfants porteurs de handicap dans les EAJE et les ALSH ;
  2. Adapter l’offre aux besoins des publics confrontés à des horaires spécifiques, à des problématiques liées à l’employabilité ou à des situations de fragilité ;
  3. Soutenir les projets élaborés par des adolescents et favoriser leur autonomie ;
  4. Accompagner les problématiques territoriales des équipements et services d’accueil pour contribuer  la structuration de l’offre sur les territoires ;
  5. Prendre en compte les difficultés structurelles rencontrées par des établissements ;
  6. Accompagner des démarches innovantes.

 

  • Réforme de la PAJE : deux décrets sont venus réformer cette prestation en avril 2014. Les plafonds de ressources ont été augmentés, et les dispositions créent une allocation « à taux plein » et « à taux partiel ».