Plan gouvernemental de lutte contre la drogue et les conduites addictives 2013-2017

Le 19 septembre 2013, le Comité interministériel de lutte contre la drogue et la toxicomanie a validé le premier plan gouvernemental de lutte contre la drogue et les conduites addictives 2013-2017. Le plan repose sur trois priorités :

- fonder l’action publique sur l’observation, la recherche et l’évaluation ;

- prendre en compte les populations les plus exposées pour réduire les risques et les dommages sanitaires et sociaux ;

- renforcer la sécurité, la tranquillité et la santé publiques en luttant contre les trafics et contre toutes les formes de délinquance liées aux consommations de substances psychoactives. 

Concernant les Centres de soins d'accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA) ou les Centres d’accueil et d’accompagnement à la réduction de risques pour usagers de drogues (CAARUD), le plan formule notamment un certain nombre de recommandations : 

- prévoir l’information et le soutien des familles au sein des CSAPA ; 

- pour mieux prévenir et mieux communiquer, renforcer les partenariats entre les mondes professionnel et éducatif et les dispositifs médico‐sociaux, de façon à proposer aux publics de consultations jeunes consommateurs (CJC) et de CSAPA un accompagnement vers l'insertion sociale et professionnelle, et réciproquement à permettre l’orientation vers les structures spécialisées des personnes repérées en difficulté par les professionnels de l’éducation ; 

- pour l’adaptation des offres de soins de premier recours et spécialisés, et l’extension des interventions des dispositifs de soins spécialisés :

  • tirer les conséquences du travail de l’IGAS sur le positionnement et les missions des CSAPA et des CAARUD, notamment sur la prévention, l’insertion professionnelle ainsi que l’accueil et le soutien des familles (partenariat avec les structures existantes accueillant des familles, comme la protection maternelle infantile et les réseaux d'appui à la parentalité) ;
  • renforcer les compétences des professionnels de santé des CSAPA dans le repérage et l’orientation des personnes souffrant d’addictions sans substance, notamment aux jeux de hasard et d’argent ; l’objectif étant d’aboutir à une homogénéisation de cette offre sur les territoires et à une plus grande visibilité de celle‐ci au bénéfice des joueurs concernés et de leurs proches ; 

- nécessité de renforcer l’accessibilité géographique et sociale en développant les dispositifs mobiles CAARUD en milieu rural notamment ; 

- adapter les stratégies thérapeutiques : déployer l’approche intégrée vers les comorbidités psychiatriques, en facilitant l’accueil des mineurs les plus en difficulté dans des CSAPA résidentiels qui leur seraient réservés, et qui proposeraient un projet incluant une prise en charge pédopsychiatrique et un volet renforcé d’insertion professionnelle ; 

- améliorer la qualité de prise en charge des patients sous traitement de substitution aux opiacés et développer leur accessibilité, en réduisant les interactions médicamenteuses par la création d’un lien fonctionnel entre les pharmacies de ville et les CSAPA ; 

- pour développer les approches populationnelles de la réduction des risques, renforcer le cadre des interventions de réduction des risques en milieux festifs par la validation d’un référentiel national ; le renforcement de ce cadre doit soutenir l’action des CAARUD, des CSAPA et des associations en milieu festif ; 

- Soutenir l'insertion sociale et professionnelle des usagers des CAARUD et des CSAPA.