Coordination et parcours de soins ou comment résoudre l'équation

Tous les rapports sont unanimes pour conclure de la nécessité de disposer d'un système de prise en charge mieux coordonné (en ce sens par exemple le rapport du HCAAM que vous pouvez consulter en cliquant ici). Source d'économies potentielles mais surtout de meilleure qualité de prise en charge pour la population, la coordination bien que déjà existante ne permet pas aujourd'hui de constituer des parcours de santé.

Au delà du simple soin, au delà du champ d'intervention de chaque acteur du système de santé dont on ne rappelle plus la très grande diversité et hétérogénéité, comment arriver à véritablement définir ce qu'est une prise en charge globale et surtout comment l'organiser ?

Si cette question constitue le véritable enjeu de la prochaine décennie, il n'existe à ce jour aucune doctrine forgée et unanime sur les réponses à apporter. Faut-il continuer à expérimenter ? Faut-il harmoniser ? Faut-il uniformiser ? Faut-il systématiser ? Les questions sont très nombreuses et les réponses déjà existantes le sont également.

Le constat est pourtant le même pour tous, nécessité d'un accompagnement au long cours devant tenir compte à la fois de phases aigues mais également de soutien quotidien tant psychologique que social voire aide à la vie. En définitif au-delà de la technicité de la prise en charge les besoins sont quant à eux comparables (bien qu'à ce jour il n'existe pas d'outil unique d'évaluation des besoins).

Il ne s’agit donc plus d’apposer des plans nationaux les uns aux côtés des autres selon une pathologie ou prise en charge ciblée mais bien d’inventer des modalités d’organisations communes. D’ailleurs en réalité ce sont quasi-systématiquement des problématiques identiques qui resurgissent.

Les modèles de prise en charge à l’étranger, notamment au Quebec, inspirent la France (vous pouvez consulter par exemple l’étude de la DRESS en cliquant ici ). L’assurance maladie a ainsi opté depuis déjà quelques temps pour un recentrage du système de coordination sur la ville et plus particulièrement sur le médecin traitant allant même jusqu’à proposer une plate forme d’accompagnement pour les patients diabétiques dénommée SOPHIA (que vous pouvez consulter en cliquant ici) sur le modèle de ce qu’on appelle outre atlantique le Disease Management (vous pouvez sur ce sujet consulter le rapport IGAS en cliquant ici)

D’autres expériences et expérimentations ou études sont en cours (vous pouvez par exemple consulter l’étude PRISMA en cliquant ici  ou encore le projet PROSPERE en cliquant ici). Sur ce chantier les pouvoirs publics attendent également beaucoup de l’engagement des financeurs que sont les assurances et les mutuelles complémentaires. Certaines d’entre elles se sont d’ailleurs déjà aventurées dans des expérimentations (pour exemple le programme Vigisanté que vous pouvez consulter en cliquant ici )

La dernière publication en date est un rapport d’étude sur la coordination dans le champ sanitaire et médico-social et sur les nouvelles fonctions de la coordination publiée par la Fondation Paul Bennetot sous l’égide de la Fondation de l’Avenir en partenariat avec Mines Paris Tech et le Centre de Gestion Scientifique. Ce rapport offre au-delà d’une revue de littérature un regard assez complet sur les modes de coordinations existants à ce jour sans pour autant ambitionner à l’exhaustivité. Outil indispensable pour tous ceux qui à leurs niveaux respectifs contribuent à l’amélioration de la coordination de la prise en charge, nous vous proposons de vous enrichir en vous plongeant dans sa lecture : cliquez ici


Vous pouvez retrouver toutes les informations sur la Fondation Paul Bennetot en cliquant ici et sur la Fondation de l'Avenir en cliquant ici