Expérimentations territoriales pour les personnes âgées en risque de perte d'autonomie (PAERPA) : déjà les premiers fruits de la mobilisation des professionnels et des pouvoirs publics

Le comité national de pilotage PAERPA a été réuni mercredi 19 juin. Des présentations ont été réalisées par 5 DG-ARS sur les projets qu'ils portent dans leur région au titre des expérimentations de l'article 48 de la LFSS 2012 (Grand Nancy, Mayenne, Toulouse, Loches dans le Centre, Paris 18e et 19e). Sachant que les expérimentations lancées au titre de l'article 70 de la LFSS 2011 se poursuivent par ailleurs.

Dans le travail conduit en Pays de Loire, sont constatées d'ores et déjà des baisses des taux d'hospitalisation des personnes âgées et de leurs réhospitalisations, sans doute liées à la montée en compétence et en vigilance des acteurs locaux sur ces sujets.

Pour sa part, l'ASIP a fait part de la mise à disposition pour ce projet d'une messagerie sécurisée, qui permettra d'associer les professionnels du champ tant social et médico-social, que du champ hospitalier et de la ville, pour les échanges d'information pertinents entre acteurs de domaines d'intervention différents, mais complémentaires pour les personnes âgées vulnérables. La CNIL a en effet consenti à ce que la notion de consentement explicite du patient, pour du partage d'information, évolue en absence d'opposition expresse.

La FEHAP a insisté pour sa part sur l'intérêt de cette expérimentation pour mettre en valeur, ou faire émerger les SPASAD (alliance d'un SSIAD et de SAAD ou SAP), nécessaires à la coordination des interventions sociales et médico-sociales, en anticipation d'acutisations et d'hospitalisations évitables. Elle a souligné le besoin de disposer de dispositifs conventionnels permettant de relier en SPASAD des SSIAD et SAAD ou SAP gérés par des organismes différents.