Présentation du nouveau plan gouvernemental de lutte contre les drogues et toxicomanies 2008-2011

Le nouveau plan gouvernemental de lutte contre les drogues et toxicomanies a été présenté le 9 juillet par le président de la Mission Intergouvernementale de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie (MILDT). La mise en œuvre de ce plan s’échelonnera entre 2008 et 2011 avec un budget de 87,5 millions d’euros déployés sur quatre ans.

Ce plan comprend 193 mesures réparties selon cinq axes :

- prévention, communication, information
- lutte contre le trafic de drogues
- soins, insertion sociale, réduction des risques
- formation, recherche
- coopération internationale 

Il devrait permettre de coordonner et d’accroître l’offre de soins en direction des populations vulnérables : les mineurs et jeunes adultes, les femmes enceintes, les personnes atteintes du SIDA et de l’hépatite C et les détenus.

La création de nouvelles consultations aura pour but de mieux répartir l’offre de soins en addictologie sur le territoire et notamment dans les zones rurales.

Le phénomène d’alcoolisation précoce des jeunes et des mineurs est l’une des problématiques majeures de ce plan. Le nombre de structures de prise en charge devrait être augmenté et l’interdiction de vente d’alcool aux mineurs annoncée par la ministre de la santé devrait figurer dans le projet de loi Patients, Santé, Territoire qui sera examiné par le conseil des ministres cet automne.

Outre la prise en charge et les soins, l’accent est également mis sur la formation des professionnels par la création de modules obligatoires pour certaines formations initiales. Des mesures en faveur de la formation continue des professionnels en addictologie seront également mises en œuvre.
De plus, des programmes de recherche liés à cette problématique seront financés.

Enfin deux mesures devraient permettre d’harmoniser et de coordonner les soins, il s’agit de la création d’un référentiel de prise en charge concernant la dépendance à la cocaïne à destination des professionnels de santé, qui devrait être édité par la HAS pour 2009.
La seconde mesure favorisera la collecte des informations au sujet des cas d’abus et de dépendance via la mise en place d’un correspondant local d’addictovigilance dans chaque établissement de santé.