Prévention des chutes accidentelles chez la personne âgée

Des recommandations ont été elaborées par la Haute autorité de Santé et la SFDRMG

Prévention des chutes accidentelles chez la personne âgée

La Société française de documentation et de recherche en médecine générale (SFDRMG) et la Haute Autorité de santé ont élaboré en partenariat des recommandations professionnelles sur la prévention des chutes accidentelles chez la personne âgée.
Ces recommandations sont destinées à tous les professionnels concernés par cette prise en charge : médecins, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, infirmiers, aides-soignants, psychologues, assistants sociaux.


Le vieillissement est un processus complexe, variable selon les individus, et le risque de chute accidentelle n’est pas strictement lié à l’âge. Les données d’observation montrent que selon l’avancée en âge de la personne, les capacités d’adaptation au risque de chute déclinent et la mortalité associée aux chutes augmente. Mais de nombreux facteurs peuvent aussi favoriser les chutes : la prise de médicaments, les maladies altérant les fonctions sensitives, cognitives ou motrices, le comportement et l’environnement.

Les conséquences des chutes chez la personne âgée peuvent êtres majeures. Indépendamment du risque de fracture (dans la majorité des cas du fémur) et des séquelles physiques, la chute accidentelle a un impact psychologique important : peur de tomber, perte de confiance en soi, angoisses. Au maximum, le syndrome post-chute entraîne une désadaptation psychomotrice avec perte d’autonomie, troubles de la posture et de la marche, qui majorent le risque de nouvelles chutes.

Il est important de mettre en place des stratégies de repérage du risque de chute, de prévention et de réadaptation multifactorielle et personnalisée. Ces stratégies sont essentielles au maintien de l’autonomie des personnes âgées.


Ces recommandation professionnelles ont abordé les points suivants :

  • Quelles sont les personnes âgées à risque de chute ;
  • Quelles sont les causes principales et facteurs de risque de ces chutes ;
  • Quelles sont les interventions possibles en prévention (primaire et secondaire) du risque de chute chez la personne âgée ;
  • Qui sont les acteurs de santé concernés.


Le traitement des chutes intervenant à la suite d’un malaise (perte de connaissance, accident vasculaire cérébral) est exclu de ces recommandations car il nécessite une prise en charge médicale spécifique.

Ces recommandations professionnelles sont détaillées dans l’étude intitulée
« Prévention des chutes accidentelles chez la personne âgée » –
novembre 2005, téléchargeable sur www.has-sante.fr, rubrique « Publications ».

Téléchargez les recommandations

Téléchargez la fiche de synthèse