Le gouvernement lance son OPA et crée la « Silver Economy »

Le gouvernement lance son OPA* et crée la « Silver Economy »

*Opération Personnes Agées

Par Jean-François GOGLIN, conseiller SIS FEHAP.

 

L’an zéro de la Silver Economy

C’est à Bercy, le 24 avril 2013, en présence de 650 professionnels (issus du secteur médico-social, de mutuelles, de sociétés d’assurances, d’entreprises, de pôles de compétitivité, d’économistes, de fédérations...) que Michèle Delaunay, ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie, et  Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif ont rappelé les enjeux sociétaux et économiques du vieillissement et souligné le potentiel de ce nouveau marché, baptisé « Silver Economy » pour la France et pour le monde.

Qu’est-ce que la Silver Economy ?

Selon la définition donnée par Michèle Delaunay, la Silver Economy est la filière industrielle de l’ensemble des produits et services destinés aux personnes âgées de plus de 60 ans. Il s'agit de tous les produits et services qui devraient permettre d'améliorer l’espérance de vie sans incapacité ou d'aider au quotidien les personnes âgées dépendantes et leurs aidants naturels.

 La Silver Economy est la filière industrielle de l’ensemble des produits et services destinés aux personnes âgées de plus de 60 ans.

Elle regroupe l'e-autonomie, la domotique, les technologies pour l’autonomie, la robotique pour l’autonomie, la téléassistance/bouquet de services...

Les secteurs concernés recouvrent, entre autres, les structures pour personnes âgées,  les services à la personne, l'aide à domicile, l’habitat, la communication, le transport, la sécurité, les loisirs, l’hygiène, les voyages, les mutuelles, les instituts de prévoyance et les assureurs...

Les enjeux

En 2013, en France, les personnes âgées de 60 ans et plus sont au nombre de 15 millions et cette frange de la population sera de près de 20 millions en 2030. Le nombre de personnes âgées de 85 ans et plus sera quasiment multiplié par 4 en 40 ans passant de 1,4 à 4,8 millions d’ici à 2050.

La population française vit et vivra désormais plus longtemps et en meilleure santé que nos aînés. C’est notamment la conséquence démographique d’une meilleure qualité de vie et de la santé pour nos concitoyens qui nous invite à bâtir une nouvelle vision du futur dans laquelle la vieillesse ne sera pas un handicap social ni un facteur d’exclusion.

Dès lors, notre société doit s’adapter pour permettre à tous de profiter de ce formidable progrès dans les meilleures conditions sociales, économiques et sanitaires possibles. Le vieillissement est l’affaire de tous.

La France a 15 millions de retraités en 2013. Ils seront 20 millions en 2030.

Les objectifs de la filière

L’objectif du gouvernement est de cadrer et soutenir le développement de cette filière émergente, en  favorisant les échanges entre les acteurs et faisant connaître et reconnaître l’innovation ainsi que les produits et services existants, afin de maximiser les perspectives de développement de ce marché dans l’écosystème économique français.

Pour Michèle Delaunay, la France a pour vocation à devenir le leader européen de la Silver Economy.

La France peut être la tête de pont européenne de la Silver Economy.

La vieillesse, un modèle d’avenir ?

Le marché est significatif puisqu’il comporte 15 millions de consommateurs potentiels dont le nombre va augmenter, sans tenir compte des aidants et des « baby-boomers » qui souhaitent préparer leur grand âge pour continuer de goûter la vie dans les meilleures conditions.

Le CREDOC (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) estime que les baby-boomers disposent d’un pouvoir d’achat et d’une épargne qui dégagent un marché potentiel pour tous les secteurs de l’économie liée à l’âge : bien-être, adaptation et sécurisation du domicile, transports, loisirs, santé, équipements notamment.

La demande de soins, d'aménagement du domicile, de produits et services liés à la perte d'autonomie devrait doubler en l'espace d'une vingtaine d'années.

Les freins identifiés qu’il s’agit maintenant de lever

Sept freins principaux ont été identifiés :

  • L’offre qui a du mal à émerger.
  • La demande qui n’est pas toujours solvable.
  • La distribution.
  • La faiblesse de la communication sur ce sujet.
  • Le financement des entreprises.
  • L’absence de label.
  • Le manque d’organisation au niveau national.

Ces freins relèvent de la jeunesse de ce marché émergent. Un rapport, remis aux deux ministres lors du lancement de la filière recommande une campagne de communication nationale, la mise en œuvre de guichets uniques afin de simplifier le parcours des personnes âgées, de rendre plus lisible l’action publique et d’optimiser l’utilisation des ressources publiques pour solvabiliser la demande. 

Les ministres ont demandé aux entreprises et acteurs que leur soient soumis des propositions permettant à l’Etat de renforcer son action. Par ailleurs, le développement de la Silver Economy devrait être pris en compte dans la future loi sur le vieillissement promise pour 2014.

Une Silicon Valley française pour catalyser l’économie du vieillissement

Le cluster Soliage va fédérer sur une   zone centrée autour d’Ivry sur Seine et de l’Hôpital Charles Foix l’écosystème   rassemblant une centaine d’acteurs du secteur industriel, de la recherche, de   l’innovation et les représentants des utilisateurs de solutions pour   l’autonomie, sur le modèle de la Silicon Valley.

Cet écosystème, baptisé « Silver   Valley » concentrera la recherche et l’innovation et a pour vocation de fédérer   les échanges et la coopération en vue de développer des offres et des usages   de pointe sur la thématique du vieillissement.

La  révolution du numérique fera demain la révolution de l’âge.

La FEHAP et la Silver Economy.

Nous sommes tous concernés dans la mesure où le vieillissement est l’affaire de tous.

Par ailleurs les valeurs humaines portées par la vieillesse pourront certainement se cristalliser sous diverses formes au sein des offres et services proposés aux usagers et aux structures destinées aux personnes âgées.

Par ailleurs certaines innovations portées par les trophées de l’innovation ou les Living Labs[1] de la FEHAP (voir La lettre spéciale du Congrès d’avril 2013) pourront s’inscrire dans le cadre de cette dynamique qui permettra certainement non plus de faire de la vieillesse un naufrage, mais bien un cheminement de qualité, accompagné, respectant la fragilité de chacun.

Le temps que vous mettrez à lire cet article deux séniors seront nés en France.

 

Pour en savoir plus…

Contactez vos conseillers SIS :

Jean-François Goglin                         

jeanfrancois.goglin@fehap.fr

tel : 06 62 79 27 81

 Martine Labrousse

martine.labrousse@fehap.fr

tel : 06 60 81 00 55



[1] Laboratoire vivant.