Astuces Développement Durable : Comment surfer sur internet en limitant son empreinte écologique

Surfer sur internet, consulter ses mails, naviguer sur les réseaux sociaux font partie du quotidien de notre sphère privée ou professionnelle et sont devenues des activités réflexes. Mais ces activités ont des impacts plus ou moins direct sur l’environnement. Des impacts qui se traduisent entre autre par :

 

-  la consommation d’énergie liée à la fabrication et au fonctionnement des matériels.

-  la consommation d’énergie pour le stockage des données dans les Data center

-  la consommation d’eau

-  l’épuisement potentiel des métaux rares utilisés dans l’industrie électronique

Prenons l’exemple en chiffre d’une simple recherche sur Google : un constat alarmant

 

Selon GreenIT.fr,l’impact d’une recherche contribue à relâcher 5 à 10 g de CO2 par recherche.

 

Selon l’ADEME en 2011 : Chaque année, nos requêtes via les moteurs de recherche représentent 9,9 kg équivalent CO2 par internaute. Sur la base de 29 millions d’internautes en France, ces émissions de gaz à effet de serre représenteraient annuellement 287’600 tonnes équivalent CO2.

 

Selon Google en 2013 à l’échelle mondiale les internautes ont réalisé plus de 2 161 milliards de recherches Google, ce qui représente 432 306 000 tonnes équivalent CO2, c’est à dire autant d’énergie que ce que consomme un pays comme le Laos.

 

La Fehap a donc cherché pour vous des pistes d'actions simples mais efficaces et faciles à mettre en place: 

  • Compensez le carbone de vos recherches et contribuez à faire pousser des arbres

Il existe des alternatives écologiques pour naviguer simplement et joindre l’utile à l’agréable en vous permettant de compenser le carbone de vos recherches, sans bousculer pour autant vos habitudes. 

Ecosia est une interface alternative, basé sur le moteur de recherche Bing de Microsoft, éditée par une entreprise sociale et engagée allemande qui reverse 80% de ses revenus publicitaires à la plantation de millions d'arbres dans le monde. A noter que l'ensemble des serveurs Ecosia est alimenté par de l'électricité verte et ne rejette pas de CO2.

recherche ecosia

Le moteur de recherche compte déjà plus de 2 millions d’utilisateurs actifs, qui ont choisi de contribuer à planter des arbres à chacune de leurs recherches.

 

Comment ça fonctionne ?

comment ca fonctionne

Petite touche ludique, un compteur d’arbres vous indique même combien d'arbres ont poussé grâce à votre navigation.

 

Les résultats en chiffre

 resultats ecosia

Après le Brésil, Ecosia finance la plantation d'arbres au Burkina Faso pour faire revenir l'eau, les plantes et les animaux dans des régions désertique. Ce renouveau apportera des emplois et une meilleure qualité de vie locale.

Ecosia nous donne ainsi les moyens de contribuer chacun à compenser nos activités, lutter contre la déforestation et soutenir la durabilité environnementale, sociale et économique de la planète.

Pour en savoir plus et vous lancer : https://info.ecosia.org/what


 

Dans le même registre, il existe LILO, basé sur les technologies Google et Yahoo. Le principe est le même : Vos recherches engendrent de l’argent grâce aux liens commerciaux qui s’affichent lors de vos recherches.

 83c003a54ebfe565a63457cb5c9ab6     moteur-de-recherche-solidaire (1)

Vous gagnez une unité (une goutte d’eau) pour chaque recherche que vous effectuez. Ces unités se convertissent ensuite en argent lorsque vous les reversez à l’un des projets sociaux ou environnementaux soutenus par la plateforme.

Plus d’information : http://www.lilo.org/fr/#quest-ce-que-lilo-2


 

Une bonne gestion de sa boîte mail permet aussi de faire baisser son empreinte écologique.

La moitié de la consommation électrique d’Internet est liée au stockage et à l’exploitation des données, il est essentiel de mieux gérer sa boîte mail pour limiter l’espace occupé par les « données dormantes ». Par exemple, un simple geste comme supprimer 30 messages de sa boîte mail, permet d’économiser l’équivalent de la consommation d’une ampoule pendant une journée.

Un autre conseil de bon sens permettant de limiter en amont le flux de mails non désirés est d'installer un filtre anti-spam et supprimer ainsi automatiquement tous les messages publicitaires qui encombrent votre boite mail.

En France, un salarié d’une entreprise de moins de 100 personnes envoie en moyenne, chaque jour, 33 courriels de 1 Mégaoctet, ce qui génère des émissions annuelles équivalentes à plus de 1 000 km parcourus en voiture, a calculé l’Ademe.

Pour agir, il existe Newmanity, la boite mail écologique. Il s’agit d’une boite de messagerie simple et sans superflu.

 newmanity

Elle offre tous les services essentiels et bien d’autres (agenda, stockage de documents, réseau social, Visioconférence et messagerie instantanée et le plus important la protection totale de toutes les données) tout en réduisant l’impact écologique de l’utilisation de la boite mail. 

newmanity 2

En effet, l'utilisation de Newmanity Mail permet aux utilisateurs de réduire d'environ de moitié leur consommation de CO2 lors de l'envoi d'un mail (environ 10 g au lieu de 20 g). Pour compenser le restant de carbone, Newmanity s'engage avec son partenaire Reforest Action dans la plantation d'arbres dans la région du Sine Saloum (Sénégal).

Faites le test pour connaitre la consommation d’énergie de la messagerie de votre organisation et calculez les économies possibles. http://events.newmanity.com/appli-carbone/

Pour en savoir plus sur cette boite mail alternative : https://www.newmanity.com/