Conférence Changement Climatique et Santé, 4 décembre 2015 à l’Hopital Georges Pompidou

A l’issue de la Conférence « Changement Climatique et Santé » du 4 Décembre, les intervenants présents : Sonia Roschnik, Morten Sorensen, Daniel Briand, Ming Nan Lin, ont eu l’occasion de partager leurs expériences au sein d’établissements de santé français, anglais et taïwanais sous la modération de Kathy Gerwig.

 

Ce partage de connaissances opéré dans le cadre de la COP21, permettait de susciter l’intérêt vis-à-vis de stratégies en matière de réduction de leur empreinte carbone et de leadership dans la promotion de politiques qui protègent la santé publique face au changement climatique.

En l’occurrence les participants ont eu l’occasion d’évoquer ces enjeux centrés autour des questions de durabilité, pérennité financière, responsabilité et responsabilisation des acteurs économique, notamment hospitalier dans le cas présent.

 

Comme l’évoquait Sonia Rochnik de Directrice Opérationnelle de NHS Angleterre et Santé Publique Angleterre, « Nous devons utiliser toutes les occasions possibles pour contribuer à la vie de nos communautés, de nos environnements, comment réduire nos impacts négatifs et mettre au premier plan des éléments positifs pour construire des environnements sains, résilients et durables. »

Les interventions de réduction d’émissions de carbone ont un impact écologique et économique amenant à une « Win Win Win situation » pour les parties prenantes à l’action.

 

Par ailleurs Daniel Briand,  de l’Institut Saint-Pierre de Palavas-les-flots, adhérent FEHAP, a également fait part des résultats obtenus dans le cadre de la mise en œuvre de l’EMAS (équivalent de l’ISO 14000). Les nombreuses actions entreprises ont permis « une véritable prise de conscience » dans l’esprit du Développement Durable au sein de la structure, impliquant tout un chacun et permettant d’obtenir des économies largement mesurables :

-23% électricité, -17% de Gaz et  -45% d’eau consommée par exemple.

 

Ces résultats sont bonifiés par la mise en relation avec le budget attribué à la démarche, qui de par sa faible ampleur (15 000€), voue l’établissement à dégager un retour sur investissement rapide et par la suite une économie péraine en accord avec la démarche RSE portée au sein de la FEHAP.

 

Au-delà de l’aspect purement financier, c’est une démarche morale dans laquelle l’établissement s’est lancé, comme le dit M Briand : « Les gens nous le disent, ce qu’ils ont appris à l’hopital, ils vont le transmettre dans leur cercle privé. »

« L’EMAS c’est une image gratifiante, les travaux et projets nous ont rapprochés des fournisseurs, institutions,… ».

 

Agir pour le climat procure donc une véritable plus-value humaine, relationnelle, si l’on sait orienter son développement durable de manière participative, par la concertation, la compréhension des enjeux et parties prenantes.