Restitution ateliers en co-construction du 43e Congrès de la FEHAP

Dans le cadre du 43e Congrès, le 28 et 29 novembre 2018, trois ateliers en co-construction étaient proposés aux congressistes. Le format adopté était d’1h30.

Le premier atelier avait pour objectif de travailler sur la mise en œuvre de l’économie circulaire des dispositifs médicaux sociaux et des aides techniques. Dans un premiers temps il s’agissait de définir les grandes lignes des possibilités. Dans un second temps, de détailler ces dernières en pistes d’actions. Ainsi, des pistes ont été identifiées telles que : la mise en place d’une politique d’achats responsables, la nécessité de communication interne et externe, le besoin de formation et de sensibilisation mais également la construction de partenariats par exemple avec les ressourceries. Deux freins ont été mentionnés lors de cet atelier et plus particulièrement sur les aides techniques.  L’incitation économique et de la direction n’apparait pas comme suffisamment stimulante et suffisante. La règlementation n’est pas assez claire et peut aller à l’encontre de la réutilisation  des aides techniques (achats, remise à niveau, beaucoup sont adaptées à une seule personne…).

Le second atelier permettait de se pencher sur les circuits courts et plus particulièrement l’achat local des produits alimentaires. Les trois groupes travaillaient en parallèle sur trois sous-thèmes différents. Le premier concernait les pistes de techniques d’optimisation, dans lequel des mesures telles que le contrôle de la qualité, l’association du prescripteur à la définition du besoin ou encore la mesure du gaspillage sont ressorties.  Le deuxième faisait un focus sur les moyens et acteurs, ce qui a permis de mettre en avant la lutte contre le gaspillage alimentaire, la nécessité d’avoir des financements incitatifs ou encore la ré-internalisation de la restauration. Au niveau des acteurs il a été évoqué, par exemple, les pouvoirs publics, les acteurs internes mais également les fournisseurs. Enfin au sein du troisième sous-thème les participants abordaient les objectifs, revenant ainsi sur la réduction des risques, le renforcement des liens des liens entre les acteurs d’un territoire ou encore la préservation de la biodiversité.

Pour le troisième atelier « concilier vie personnelle et vie professionnelle » les participants étaient invités à réfléchir sur trois leviers. D’abord les actions liées à l’aménagement du temps de travail, avec l’accompagnement des transitions des cycles de vie professionnelle, l’organisation du travail/aménagement des plannings, la mise en place du télétravail mais aussi la valorisation des compétences. Ensuite, les actions constituant une offre de « services » comme l’agissement sur le bien être des salariés, la facilitation du confort de la vie personnelle ou encore la prévention et l’accompagnement de la gestion des difficultés de la vie. Enfin, le dernier sujet revenait sur les besoins identifiés et demandes formulées par les salariés eux-mêmes qui a permis aux participants d’évoquer de nombreuses mesures.