La gouvernance associative vue par des jeunes en Service Civique

Le 28 mars, 9 volontaires en Service Civique engagés au sein du réseau FEHAP ont été invités à prendre part à l’Université de Printemps des Administrateurs dont le thème cette année était les nouvelles formes de financement du monde associatif.

 

FEHAP Univ Print 28 mars 2017 © Patrice LE BRIS (52)La participation de ces 9 jeunes répondait à la volonté de la Direction de la Vie Associative de la FEHAP, en charge de l’organisation de ce rendez-vous annuel, de prendre un peu de recul avec la thématique centrale de l’évènement et d’aborder le monde associatif sous l’angle du renouvellement de sa gouvernance, le tout dévoilé avec le regard d’une jeunesse engagée. Loin d’être aléatoire, le choix d’un format de théâtre-forum répondait à cette intention d’interpeller les administrateurs au travers de volontairement polémiques illustrant l'importance de repenser la représentativité des instances de gouvernance aujourd'hui.

IMG 6947Les volontaires ont participé la veille à des ateliers théâtraux au siège de la FEHAP en compagnie de Danièle Bonadona, présidente de l’association ALGEEI et marraine de l’opération. Lors de ces  ateliers co-animés par la Maison Des Volontaires et Synergies Théâtre, les jeunes participants ont été initiés à l’exercice du théâtre-forum. Durant la première partie de la journée, ils ont été invités à réaliser différents exercices de construction et d’analyse d’images corporelles : les postures prises volontairement et/ou aléatoirement par les jeunes au cours des activités faisaient l’objet d’une contextualisation au regard du thème de la gouvernance associative. Dans un second temps, à partir des éléments analytiques révélés par ces exercices, les volontaires ont été répartis en petits groupes avec pour objectif la création de plusieurs scénettes jouées le lendemain en clôture de l’Université de Printemps des Administrateurs.  

FEHAP Univ Print 28 mars 2017 © Patrice LE BRIS (150)A partir de la problématique générale des freins internes et/ou externes à une gouvernance représentative du terrain, les jeunes sont parvenus à élaborer quatre scénettes. Au cours de la première scène, ils ont justifié spontanément et à tour de rôle leur motivation pour leur engagement en Service Civique. La deuxième scène s’est quant à elle déclinée en 3 tableaux différents où les différents groupes ont joué des anecdotes de la vie quotidienne d’un volontaire en Service Civique au sein d’un établissement, révélant ainsi un manque de reconnaissance et de considération à leur égard.

FEHAP Univ Print 28 mars 2017 © Patrice LE BRIS (151)De ces expériences de terrain, les jeunes ont proposé une troisième scène dans laquelle des volontaires sont encouragés par leur directrice à participer à un Conseil d’Administration ; s’en suit alors une discussion entre les volontaires invoquant les arguments pour ou contre leur participation aux instances de gouvernance. Enfin, la scène finale a consisté en une simulation d’un conseil d’administration par les jeunes eux-mêmes. Cette dernière scénette a permis de rendre compte de la représentation qu’ont les jeunes des instances de gouvernance, révélant ainsi un manque de connaissances sur ces organes décisionnaires et soulevant de la même manière la problématique du manque de représentativité.

FEHAP Univ Print 28 mars 2017 © Patrice LE BRIS (156)Après avoir joué une première fois l’ensemble de la pièce, les volontaires ont été invités à rejouer au coup par coup les scénettes jugées polémiques par le public lui-même. Outre l’enthousiasme ambiant des spectateurs qui n’ont pas hésité à prendre part au débat ouvert, 3 administrateurs ont joué le jeu de monter sur scène. Nadine Barbottin, présidente de l’association ASEI, a choisi d’interférer dans la scène de la réunion de transmission à laquelle le volontaire en Service Civique n’est pas convié, tentant ainsi de convaincre la tutrice que cette mise à l’écart des volontaires n’est pas justifiée.

FEHAP Univ Print 28 mars 2017 © Patrice LE BRIS (164)Dominique de Courcel, président de la Fondation Bapterosses Hôpital Saint Jean, est quant à lui intervenu dans la scénette où le volontaire en mission se fait appeler par son titre de « Service Civique » plutôt que par son prénom, tentant ainsi de solutionner le manque de considération à l’égard des volontaires. Enfin, Danièle Bonadona a intégré la scène finale du conseil d’administration. Son franc-parler a été l’occasion de rendre compte de l’absence de parité au sein des instances de gouvernance. Enfin, en tant que marraine de l’évènement, elle a également veillé à la bonne compréhension par les jeunes volontaires des enjeux d’un conseil d’administration par des exemples concrets de sujets à l’ordre du jour.

Cette rencontre inédite entre les volontaires en Service Civique et les administrateurs restera incontestablement pour tous les participants l’un des moments forts de cette 8ème édition de l’Université de Printemps des Administrateurs. 

 

FEHAP Univ Print 28 mars 2017 © Patrice LE BRIS (168)