Développement durable : un sujet fédérateur.

La FEHAP a participé avec les autres fédérations du secteur à la formulation d’un ensemble d’actions prioritaires à mener dans les établissements pour tendre vers un modèle plus durable du soin et de l’accompagnement des personnes et a confié à l'Agence Nationale d'Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux (ANAP) une double mission : mesurer la performance des démarches RSE [1] des établissements et services sanitaires et médico-sociaux et soutenir la mise en œuvre de ces actions par la diffusion de ressources pour les professionnels. Rencontre avec Pauline Pichereau et Benjamin Lemoine, chefs de projet RSE à l’ANAP.

 

L’ANAP travaille sur le Développement durable en santé depuis 2013 : est-ce possible pour un directeur de viser à la fois performance et durabilité ?

Benjamin : Bien entendu ! L’ANAP travaille à la durabilité du système de santé en améliorant sa performance, c’est-à-dire en promouvant les organisations améliorant la qualité de la prise en charge des patients et des personnes et les conditions de travail des professionnels dans un cadre soutenable financièrement.

Pauline : Beaucoup de structures s’étant engagées dans une démarche RSE nous font part de tous les bénéfices qu’elles ont observés : engagement des professionnels retrouvant le sens de leur action, développement de la créativité et l’innovation, attractivité de la structure, etc.

 

Ces derniers mois, l’ANAP a développé un observatoire de la RSE en santé pour mesurer la maturité des structures sur le développement durable. Comment avez-vous travaillé ?

Benjamin : En effet, les fédérations ont confié à l’ANAP le soin de concevoir et de mettre en œuvre un observatoire de la RSE en santé afin de permettre aux structures d’évaluer annuellement la maturité de leur démarche. La conception de cet observatoire a été réalisée entre septembre 2016 et février 2017. Elle s’est appuyée sur le travail précédemment réalisé dans le cadre du Baromètre du Développement Durable.

Pauline : C’est un travail qui a fortement mobilisé les établissements et structures sanitaires et médico-sociales. Nous avons organisé huit ateliers de travail qui ont réuni plus de 90 établissements et services pour identifier les enjeux majeurs du Développement Durable dans les structures de santé. Des indicateurs ont également été définis pour mesurer la maturité des structures sur ces enjeux.

 

Comment est construit cet observatoire ?

Pauline : L’observatoire est composé de 33 questions réparties sur 6 axes : gouvernance, sociétal, social, environnemental, achats responsables et axe économique. Ces questions permettent de calculer des indicateurs chiffrés et non chiffrés. Ces indicateurs ne sont pas exhaustifs : ils donnent une indication de la maturité de la structure selon les résultats qu’elle obtient.

Benjamin : Chaque structure est libre de s’autoévaluer sur un ou plusieurs axes de son choix. Chaque année, elle peut comparer ses résultats avec les autres structures comparables et en progression par rapport à ses résultats de l’an passé.

 

Quand cet observatoire sera-t-il disponible pour les structures ?

Pauline : La première campagne d’auto-évaluation par les structures sera officialisée lors de la semaine européenne du Développement Durable entre le 30 mai et le 6 juin 2017. Tous les établissements et services seront alors invités à se rendre sur http://rse.anap.fr, créer leur compte et répondre aux questions pour leur structure. Le temps nécessaire pour répondre à l’ensemble des questions a été évalué à 4 heures par les établissements testeurs.

Benjamin : Une restitution immédiate donne les grandes tendances et propose un plan d’action personnalisé ainsi qu’une sélection de ressources utiles pour la mise en œuvre. Un espace de discussion permet l’échange de pratiques entre les structures sur leurs sujets d’intérêt.

 

Comment l’ANAP accompagne-t-elle les structures dans la mise en œuvre des actions de Développement durable ?

Benjamin : Le Centre de ressources http://rse.anap.fr met à disposition des structures toutes les ressources qui leur sont utiles pour mettre en œuvre les actions Développement Durable : outils, méthodes, retours d’expérience, etc. et offre la possibilité d’échanger autour des projets de Développement durable de chaque structure.

Pauline : L’ANAP organise régulièrement des rencontres des professionnels lors de « Cercles Performance ». Ces journées ouvertes à toutes les structures sont des temps privilégiés d’échange de pratique et de rencontre autour de l’intégration du Développement Durable dans les pratiques quotidiennes de prise en charge des patients et des personnes.

 CdR

Le Développement durable, un thème inscrit au programme de travail de l’ANAP

Les fédérations et la puissance publique ont inscrit l’appui aux démarches Développement durable des établissements et services en santé au Contrat d’Objectif et de Performance 2015-2017 de l’ANAP. L’ANAP doit à la fois proposer un observatoire de la RSE pour permettre aux structures d’évaluer la maturité de leurs démarches et mettre à disposition les ressources qui leur sont nécessaires pour mener les projets.

Observatoire de la RSE : un travail associant toutes les parties prenantes

Outre les 90 établissements et services sanitaires et médico-sociaux, ont participé à ce travail, les fédérations du secteur (FEHAP, FHF, FHP, UNICANCER, FNEHAD, SYNERPA, UNIOPSS, NEXEM, FNAQPA), les principaux acteurs du secteur (DGOS, DGCS, CGDD, CNSA, HAS, ADEME, Caisse des dépôts, CLAPS) et d’autres parties prenantes dans le cadre de la consultation publique (Pôle Emploi, CNAF, le CNAM ainsi que des universités proposant des masters développement durable en santé).


[1] RSE : Responsabilité Sociétale des Etablissements : correspond à la mise en œuvre d’actions par la structure en faveur du Développement Durable.