1ère rencontre nationale : 80 volontaires en Service Civique pour les 80 ans de la FEHAP !

La FEHAP a organisé sa la première rencontre nationale entre 80 volontaires en Service Civique en ouverture de son congrès spécial "80 ans", le 13 décembre 2016.

Retrouvez le communiqué de presse et la vidéo de l'événement : 

 

 

 Qui sont-ils ?

Vallejo CharlyCharly VALLEJO, 18 ans, volontaire au Centre Spécialisé d’Enseignement Secondaire (CSES) « Jean Lagarde » de l’association Agir Soigner Eduquer Insérer (ASEI) à Toulouse (31)

Suite à l’obtention de son baccalauréat littéraire et dans le cadre de son projet professionnel, Charly s’est engagé dans le dispositif du Service Civique. « Je souhaitais à la fois avoir une première expérience en lien avec mon ambition de devenir Educateur Spécialisé et faire une pause dans mon parcours scolaire ». Volontaire au CSES Jean Lagarde depuis septembre 2016, Charly apporte une aide et un soutien aux enfants  et adolescents en situation de handicap (déficience motrice, visuelle, auditive ou dysphasie) scolarisés. « Je partage mon temps entre la vie scolaire, où j’apporte mon soutien pour toutes les tâches administratives telles que la signature de papiers ou l’appel des parents, et le réfectoire où j’accompagne les jeunes pendant les heures de repas et les aide si besoin à s’alimenter ». Charly qualifie sa mission d’enrichissante et considère qu’il s’agit d’une véritable plus-value pour la poursuite de ses études. «Au travers de cette mission, j’apprends à me connaitre mais aussi à gérer des situations compliquées ». A l’issue de sa mission, Charly passera les concours d’Educateur Spécialisé. Il espère que sa rencontre avec 80 autres volontaires sera l’opportunité d’apprendre de nouvelles choses, notamment de connaitre la diversité des missions qui sont réalisées dans le cadre du dispositif. 

Mandy MazoyerMandy MAZOYER, 20 ans, volontaire à l’EHPAD « Domaine de la Cadène » à Toulouse (31)

Après avoir interrompu ses études en première année de sociologie et confrontée aux difficultés du marché de l’emploi, Mandy s’est tournée vers le dispositif du Service Civique. « Lors d’un covoiturage, une des passagères m’a conseillé le dispositif. Etant donné que je ne trouvais pas de travail, et que je désirais partager ce temps perdu pour quelque chose de plus utile, j’ai décidé de m’engager ». Volontaire au Domaine de la Cadène, Mandy accompagne les professionnels de santé dans leur projet d’animations, en participant à l’élaboration et la mise en œuvre d’ateliers pour les résidents. « C’est une mission à travers laquelle je me sens vraiment utile car les résidents sont heureux de nous voir tous les jours à leur côté ; c’est une présence humaine qui rend leurs journées moins monotones. C’est avec plaisir que je me lève tous les matins pour m’y rendre ! ». A l’issue de sa mission, qui prendra fin au début du mois de mai 2017, Mandy souhaite passer le concours d’assistante sociale. Outre la volonté de partager son expérience, elle espère que sa participation à la rencontre nationale des volontaires du réseau FEHAP constituera un plus pour le concours, notamment au travers des ateliers qui sont prévus sur le thème de l’avenir de la protection sociale. 

 

Nina peresNina PERES, 21 ans, volontaire pour la délégation départementale de Paris de l’Association des Paralysés de France (APF) à Paris (75)

Intéressée par le dispositif du Service Civique depuis la Journée défense et citoyenneté (JDC) et désireuse de se réorienter après trois ans de formation pour devenir libraire, Nina s’est décidée à s’engager en novembre 2016. « J’ai voulu me mettre au service d’une association de façon plus impliquée qu’un simple bénévolat avant de reprendre mes études ». Volontaire à l’APF, Nina décrit sa mission comme extrêmement polyvalente : elle est à la fois mobilisée au siège pour prendre contact avec les adhérents et les partenaires et à l’extérieur afin de sensibiliser le grand public sur les questions d’accessibilité des personnes en situation de handicap notamment dans les lieux de soins. « C’est une expérience très enrichissante (…) travailler en se sentant utile aux autres et à l’avancement d’une bonne cause est une chance qui n’est pas donnée à tout le monde ! ». Cette mission a d’ailleurs été à l’origine d’une vraie prise de conscience. « Je me rends compte à quel point il est important de prendre en compte l’accessibilité dans toutes les réalisations à l’échelle d’une ville ou d’un commerce par exemple ». A l’issue de sa mission qui prendra fin en juin 2017, Nina souhaite reprendre des études en faculté d’histoire pour espérer devenir professeur. Elle espère que la première rencontre nationale entre volontaires du réseau FEHAP sera l’occasion d’échanger sur les différentes pratiques afin d’alimenter les projets associatifs des organismes d’accueil.

 

Chloé dirandChloé DIRAND, 21 ans, volontaire à l’EHPAD « Antoine Portail » à Paris (75)

Etudiante en licence de psychologie et indécise quant à la poursuite de ses études dans cette voie, Chloé a décidé de débuter une mission de Service Civique en septembre 2016. « Je n’étais pas sûre de vouloir continuer mes études en psychologie (…) j’ai donc décidé de faire un Service Civique pour me laisser le temps de réfléchir ». Volontaire à l’EHPAD Antoine Portail, sa mission consiste en l’accompagnement des personnes âgées dépendantes et isolées à travers des services rendus au quotidien et la mise en place d’animations, notamment un atelier de lecture de contes auquel Chloé participe activement. En ce sens, Chloé considère que sa mission est un vrai plus pour l’établissement. « La présence de volontaires à la Résidence est très utile. Nous aidons les résidents à supporter la solitude et l’isolement et nous prenons du temps pour chacun d’entre-eux individuellement, ce qui est parfois difficile à réaliser par les soignants ». Au-delà d’une expérience enrichissante et riche en découvertes, cette mission aura aussi permis à Chloé de réaliser qu’elle ne souhaite pas poursuivre ses études de psychologie. A l’issue de son volontariat, qui prendra fin en juin 2017, Chloé envisage donc de se réorienter et de passer le concours de l’IRTS (Institut régional du travail social) dans le but de devenir Educateur Spécialisé. En participant à la rencontre nationale entre volontaires du réseau FEHAP, elle espère pouvoir échanger avec les autres participants sur les  missions qui existent dans les milieux de la santé, du handicap ou auprès des personnes âgées. 

 

Arthur SitbonArthur SITBON, 22 ans, volontaire à la Résidence Sainte-Anne d’Auray de l’Association Monsieur Vincent à Chatillon (92)

Etudiant en histoire, Arthur ne s’épanouissait plus à l’université et souhaitait interrompre ses études. C’est au mois d’octobre 2016 qu’il s’est engagé en tant que volontaire à la résidence Sainte-Anne d’Auray auprès des personnes âgées dépendantes. « Je voulais faire une pause et j’avais envie de me sentir utile afin de définir ce que je ferais par la suite ». Dans le cadre de sa mission d’accompagnement des résidents, Arthur œuvre dans le but de favoriser et développer le lien social de ces personnes isolées. « On est vraiment là pour eux, pour leur donner un peu de bonheur: je passe les voir dans leur chambre, je mange avec eux, je les emmène se promener, les accompagne à leurs rendez-vous médicaux ou tout simplement je fais de animations à l’établissement ». Outre sa contribution à la lutte contre l’isolement des résidents, cette mission s’est avérée riche en découvertes. « Cela m’a permis de découvrir différents métiers, de connaitre des domaines que je ne connaissais pas comme la psychomotricité et l’ergothérapie. Et je vous avoue que travailler en maison de retraite ne me gênerait pas plus tard, j’aime bien travailler auprès de ce public ». Il espère que la rencontre nationale entre volontaires du réseau FEHAP lui permettra de confronter différents points de vue sur le fait de travailler en EHPAD.

 

CassandraCassandra ALEXIS, 24 ans, volontaire au centre « Alfred Binet » de l’ASM 13 à  Paris (75)

Etudiante en licence de psychologie, c’est à l’issue d’une formation BPJEPS (Brevet Professionnel Jeunesse Education Populaire & Sport) que Cassandra s’est décidée à faire son Service Civique. « Je voulais vraiment me sentir utile, faire en sorte d’aider une personne dans le besoin. Parallèlement, je voulais apprendre des choses qui me seront utiles dans le cadre de mes études en psychologie ». Volontaire au centre médico-psychologique Alfred Binet depuis octobre 2016, sa mission consiste à endosser le rôle d’intermédiaire entre parents et enfants, afin d’aider au suivi thérapeutique de ces derniers. En ce sens, Cassandra considère que sa mission la rend utile auprès des enfants comme auprès des parents. « Ma mission aide à la construction psychique de l’enfant ; je suis utile pour l’enfant car je m’assure du maintien de ses séances, mais aussi pour les parents qui ne peuvent pas accompagner leur enfant dans son suivi thérapeutique ». A l’issue de sa mission en juin 2017, Cassandra souhaite poursuivre ses études en psychologie. A la recherche d’un stage dans le cadre de sa troisième année de licence, sa tutrice lui a proposé de l’aider dans ses démarches en la mettant en contact avec des partenaires.  En ce sens, Cassandra estime que le Service Civique est vraiment un coup de pouce sur le plan professionnel. En participant à l’opération 80 volontaires, elle espère faire de belles rencontres afin d’échanger sur les missions respectives de chacun. 

 

yselia olivierYsélia OLIVIER,  24 ans, volontaire à l’EHPAD « Grand Bon Pasteur » à Bordeaux (33)

Titulaire d’un master de recherches en histoire, et suite à l’interruption de sa classe préparatoire à l’agrégation et au CAPES (Certificat d'Aptitude au Professorat de l'Enseignement du Second degré), Ysélia s’est tournée vers le dispositif du Service Civique. « Je considérais l’année à venir comme une année de pause durant laquelle j’allais pouvoir faire autre chose. J’avais entendu parler du service civique dans les médias. En regardant par hasard les missions proposées, j’ai trouvé un volontariat qui correspondait parfaitement à mes attentes : retracer l’histoire d’un établissement au travers de témoignages». Ysélia a débuté son Service Civique en avril 2016 au sein de l’EHPAD Le Sablonat. Depuis son commencement, la mission qui lui a été confiée a évolué et s’est révélée d’autant plus enrichissante. « Aujourd’hui je passe énormément de temps avec les résidents. A leur côté j’ai découvert de nouvelles pathologies telles qu’Alzheimer ou Parkinson et le monde du médico-social en général ». Même si Ysélia ne compte pas se réorienter dans le domaine de la santé, elle estime que ce volontariat lui aura été d’une grande utilité. « Durant ma mission j’ai eu l’occasion de suivre une formation sur l’écoute active ; cela m’a beaucoup apporté, car c’est essentiel aujourd’hui de savoir comment écouter une personne ». Par ailleurs, elle considère que sa mission a été une réelle plus-value pour la structure. « Retracer l’histoire de l’établissement, c’est quelque chose qui n’aurait pas été possible sans le Service Civique, c’est pour cela que je trouve que ma mission a vraiment du sens, car cela apporte un plus ! ». Ses attentes pour la première rencontre nationale entre volontaires du réseau FEHAP à laquelle elle participe sont plutôt d’ordre relationnel : elle espère que ces deux jours lui permettront d’échanger et de partager avec les autres participants. 

 

Santa LefevreSanta LEFEVRE, 23 ans, volontaire à l’EHPAD « Domaine de la Cadène » à Toulouse (31)

C’est dans le cadre de sa formation BAPAAT (Brevet d’Aptitude Professionnelle d’Assistant Animateur Technicien de la Jeunesse et des Sports) que Santa s’est engagée en Service Civique. « J’avais déjà entrepris quelques démarches avant d’entamer ma formation. Le Service Civique s’intégrait dans mon projet professionnel, puisque mon souhait était de faire de l’animation auprès des publics fragilisés. » Volontaire au Domaine de la Cadène, Santa est supervisée par l’animatrice de la maison de retraite et s’occupe de l’animation d’ateliers aux côtés des professionnels des différents services, ergothérapeutes, aides-soignants ou encore psychologues. Sa mission d’animation lui apporte tant sur le plan professionnel que personnel. « Sur le plan professionnel, cette mission m’apporte de l’expérience qui me sera utile à la poursuite de mes études ; sur le plan personnel cela m’apporte une reconnaissance sociale : je me considère comme faisant partie d’un système au travers duquel j’apporte un soutien aux personnes et je reçois beaucoup en retour. » A l’issue de sa mission en mai 2017, Santa souhaite poursuivre ses études et reprendre sa formation BAPAAT. Sa participation à la rencontre nationale entre 80 volontaires Service Civique constitue selon elle une réelle opportunité de faire des rencontres et de partager son expérience de volontaire. 

 

valentine LMDSValentine LE MONIES DE SAGAZAN, 19 ans, volontaire à la Résidence Sainte-Anne d’Auray de l’association Monsieur Vincent à Chatillon (92)

Actuellement en classe préparatoire infirmière à raison d’une semaine par mois, Valentine Le Moniès de Sagazan souhaitait mettre à profit son temps libre : « je souhaitais profiter de cette année moins intense pour faire un service civique, et en même temps j’espérais trouver une mission qui me conforte dans mon projet professionnel ». En mission à la résidence Sainte-Anne d’Auray depuis le 19 Septembre 2016, Valentine partage son temps entre visites à domiciles et temps sur l’établissement : « trois après-midis par semaine, nous allons rendre visite à des personnes à leurs domiciles. Pendant une heure, nous les accompagnons dans une activité de leur choix : jeux, cuisine, bricolage. Le reste du temps, je suis à l’EHPAD et je passe du temps avec les résidents ». Valentine qualifie la relation qu’elle entretient avec les résidents d’exceptionnelle : « c’est vraiment un échange entre les personnes âgées et nous, je me sens utile mais il y a aussi cette dimension de reconnaissance : j’aide les résidents et eux aussi nous le rendent bien ! ». A l’issue de sa mission, en Mars 2017, Valentine passera les concours des écoles d’infirmières. Cet engagement lui aura donc permis de se conforter dans son projet professionnel, mais aussi de découvrir un milieu dans lequel elle se plairait à évoluer. Elle espère que sa rencontre avec 80 volontaires du réseau FEHAP lui apportera tant sur le plan personnel en lui permettant de belles rencontres, qu’intellectuel à travers les ateliers de réflexion. 

 

photo chloé bellecChloé BELLEC, 24 ans, volontaire au sein du foyer d’hébergement du Calvados de l’Association Pour Accueil des Jeunes Handicapés (APAJH) à Caen (14)

Chloé Bellec, titulaire d’une licence STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportive) spécialité "Activité Physique Adaptée et Santé" a débuté son Service Civique au début du mois d’octobre 2016. « Suite à mes années d'études je souhaitais me confronter au monde professionnel et plus particulièrement à l'univers du handicap ; je trouvais vraiment intéressant le fait de me diriger vers une démarche volontaire ». Sa mission consiste à accompagner des adultes déficients intellectuels à l'accès au vote et aux élections présidentielles 2017 notamment par le biais de sensibilisation et d'accompagnement dans les différentes démarches. « C'est un réel enrichissement personnel que de m’engager auprès de ces adultes en situation de handicap. Je me sens utile à travers cet engagement car les personnes en situation de handicap apparaissent encore en marge, voir "caché" de la société». A l’issue de sa mission, qui prendra fin en juin 2017, Chloé souhaite poursuivre son parcours professionnel dans le domaine du handicap et se laisse de choix de passer le concours d’Educateur Spécialisé ou d’entamer un master en lien avec les problématiques d’inclusion des personnes en situation de handicap. Elle espère que cette rencontre nationale entre volontaires du réseau FEHAP lui donnera la possibilité de développer son réseau, tant personnel que professionnel, en lui permettant de nombreuses rencontres et des échanges enrichissants.

 

Manon GIOVINAZZOManon GIOVINAZZO, 20 ans, volontaire au Jardin d’Enfants « Les Bengalis » du Centre Maternel et Infantile de Grasse (06)

Avant de débuter sa mission en septembre 2016, Manon était indécise quant à son avenir professionnel. « J’étais inscrite à la Mission Locale et à Pôle emploi afin de déterminer un projet professionnel et en vue de potentiellement reprendre des études car je n’avais aucune idée du métier que je voulais exercer ». Après s’être rendue sur le site du Service Civique dont elle avait eu écho par son entourage, Manon a décidé de candidater pour un volontariat au Jardin d’Enfants Les Bengalis à Grasse. « Ma mission consiste à aménager et à organiser la bibliothèque afin d'y accueillir les enfants pour leur lire des histoires et leur proposer des activités ».  Depuis le début de sa mission, Manon a pu constater l’intérêt de ce type de volontariat au sein de son établissement. « Pour moi le Service Civique c’est surtout aider et apporter aux autres et je m’en rends compte depuis que je travaille au Jardin d'Enfants; je me sens utile car je contribue à offrir aux enfants la possibilité de venir à la bibliothèque et de consulter des livres ». D’un naturel réservé, sa mission lui apporte également sur le plan personnel. « Ma mission m'a permis de me rapprocher des enfants, de les découvrir et surtout de m'ouvrir aux autres ». A l’issue de son volontariat en avril 2017, Manon espère que ces huit mois lui auront permis de trouver sa voie ou pourquoi pas lui auront donné l’envie de reprendre ses études. En participant à la rencontre nationale entre volontaires du réseau FEHAP, elle espère s’ouvrir aux autres et en apprendre davantage sur le Service Civique et la FEHAP. 

 

Retrouvez dans cette vidéo les temps forts de cette rencontre entre 80 volontaires en service civique du réseau FEHAP