Groupe SROS-PRS Santé mentale

  • Réunion du 21.11.2011: séance inaugurale
    La réunion introducutive du groupe de traval Santé mentale du volet hospitalier du SROS-PRS a permis de rappeler les priorités de l'agence (parcours de soin et vie , efficience et territorialisation). Sur cette base, un calendrier thématique  a été élaboré (cf. document téléchargeable). Il sera amendé au fur et à mesure de la poursuite des travaux se finalisant en juin 2012. Deux sous-groupes de travail sont institués (adulte et infanto-juvénile) qui se réuniront en sous-comités thématiques identiques (filières, innovations, articulations avec le médico-social, inégalités et populations-cible). Il ressort des échanges la nécessité de travailler, en sus de ce qui est était prévu, sur les comorbidités somatiques. il a également été question des délégations de compétence et de l'extension de l'offre de soins au niveau des CMP.  
  • Réunion du 09.01.2012: méthodologie de travail et état des lieux
    Le groupe de travail en charge de l’élaboration du volet Santé mentale du SROS-PRS s’est réuni le 09.01.2012. Il fut l’occasion d’aborder l’état d’avancement du SROS urgences en ce qui concerne la psychiatrie. Il fut ainsi évoqué la mise en place du projet Ariane de réponse téléphonique régionale à l’urgence psychiatrique. Un travail de recensement de l’existant (accueil le soir et le WE) est également en cours dans le cadre du SROS Urgences. Par ailleurs, les travaux menés dans l'établissement de l’état des lieux de l’offre de soins psychiatriques ont été abordée : En termes d’offre et d’activité, la région comprend 40 établissements auxquels sont rattachés 146 secteurs de psychiatrie générale et 53 secteurs de psychiatrie infanto juvénile. Enfin, des thématiques de travail ont été arrêtés et des sous-groupes constitués.
  • Réunion du 24.01.2012: 1ère réunion du sous-groupe "sujet âgé"
    Une réunion de l’un des 9 sous-groupes du groupe de travail « Santé mentale » a eu lieu le 24.01.2012. Il s’agissait du sous-groupe « Sujet âgé ». 3 réunions sont programmées. Il s’agissait tout d’abord de dresser un premier constat de la problématique et de vérifier l’existant de l’offre pour ce type de patients. Par ailleurs, il est fait état de l’enquête d’octobre 2011 menés par les DTARS. Plusieurs ont ainsi pu être formulées : la nécessité de définir le champ d’intervention (psychogériatrie vs gérontopsychiatrie) et la population cible de la psychiatrie du sujet âgé (quels types de pathologie), de mieux appréhender la dimension territoriale des besoins, de clarifier le rôle de chaque acteurs sans une logique de renforcement des filières mettant en évidence la gradation de l’offre. La question de la formation des acteurs a également été soulevée dans le cadre de cette réunion.