Campagne budgétaire 2008 : le compte n’y est pas

Campagne budgétaire 2008 : le compte n’y est pas


Paris (France), le 27 février – Lors d’une réunion le 26 février, le ministère de la Santé a annoncé les principales orientations de la campagne budgétaire 2008 pour les établissements de santé. La progression des tarifs d’hospitalisation de 0,43 % conforte les inquiétudes déjà exprimées par l’ensemble des fédérations hospitalières. Cette évolution moyenne des tarifs est totalement déconnectée de la réalité de l’augmentation des charges notamment de personnel, supportées par les établissements. Celle-ci apparait en totale contradiction avec les engagements pris par ailleurs concernant le maintien du pouvoir d’achat, et met en danger le bon fonctionnement des établissements du Privé Non Lucratif.
Cette stagnation des tarifs résulte principalement d’une prévision d’augmentation d’activité excessive (1,7%) et d’une nouvelle forte progression des MIGAC (6%), alors que de nombreuses interrogations persistent sur le bon emploi de ces crédits. La FEHAP sera attentive à la répartition de ces financements qui apparait, aujourd’hui, particulièrement déséquilibrée (les MIGAC représentent 17% des financements des hôpitaux publics, mais seulement 6% pour les établissements adhérents de la FEHAP qui participent pourtant aux mêmes missions de service public).
Le détail des évolutions tarifaires réserve également de mauvaises surprises. Alors que l’accent est souvent mis sur l’attachement des pouvoirs publics au principe d’égal accès aux soins, un mauvais coup est porté à la chirurgie assurée dans le cadre du service public. 25 millions d’euros sont ainsi purement et simplement transférés au bénéfice des cliniques lucratives au détriment d’une revalorisation des prises en charges chirurgicales les plus lourdes, mal valorisées et qui, étonnamment, intéressent peu le secteur commercial. Ce mouvement de convergence « sauvage » est d’autant moins compréhensible qu’aucune des études annoncées permettant d’objectiver les écarts de coûts entre les secteurs ne sont achevées.
L’Hospitalisation à Domicile est également pénalisée alors, qu’encore récemment, le rapport Attali soulignait l’intérêt de soutenir le développement des alternatives à l’hospitalisation. La tendance consistant à prendre systématiquement à rebours les conclusions de la Commission « Attali » relative à la libération de la croissance est un facteur supplémentaire d’inquiétude pour la FEHAP ce rapport préconisant également la promotion du modèle Privé Non Lucratif !

À propos de la FEHAP : La Fédération des Etablissements Hospitaliers et d’Aide à la personne Privés non lucratifs fédère 3141 établissements adhérents, 2,5 millions de personnes accueillies chaque année, une capacité totale de 200 000 lits et places et 190 000 salariés (www.fehap.fr).

Contacts :
FEHAP : Yves-Jean Dupuis, Directeur Général de la FEHAP : 01 53 98 95 28
Communication : Ingrid Arnoux 01 53 98 95 09