La FEHAP célèbre les 10 ans de la loi 2002-2 rénovant l’action sociale et médico-sociale

Pour les 10 ans de la loi 2002-2 rénovant l’action sociale et médico-sociale, la FEHAP donne la parole aux mères et pères fondateurs et aux usagers !

Le 2 janvier 2002, était promulguée la loi rénovant l’action sociale et médico-sociale dont les objectifs majeurs étaient la structuration et l’affirmation des droits individuels et collectifs des usagers dans les établissements et services sociaux et médico-sociaux.

10 ans après son vote, la loi a-t-elle tenu toutes ses promesses, notamment sur la place de l’usager dans les structures sociales et médico-sociales ? Que faudrait-il reconsidérer ? Quels sont les enjeux nouveaux de l’action sociale et médico-sociale qui ont émergé, 10 ans après ?

Cinq personnalités se sont prêtées au jeu de réponses directes et spontanées aux questions posées par la FEHAP : Dominique Gillot, Ministre qui a porté la loi à l'Assemblée Nationale et a obtenu l'unanimité de toutes les composantes politiques lors du vote ; Paulette Guinchard, Députée qui a travaillé la loi à l'Assemblée Nationale et est devenue, par la suite, la Ministre qui a porté la loi au Sénat et à la promulgation ; Sylviane Léger, Directrice Générale de l’Action Sociale en 2002 ; Jean-François Bauduret, « plume » de cette loi à la Direction Générale de l’Action Sociale ; et, enfin, Patrick Gohet, Directeur général de l'UNAPEI à l’époque, qui a animé le Comité d'entente des personnes handicapées qui s’est fédéré plus particulièrement à l'occasion des concertations pour ce texte.

La FEHAP a aussi souhaité donner la parole à des représentants des usagers. La Présidente du Conseil de Vie Sociale de l’Hôpital privé gériatrique Les Magnolias à Longjumeau, Monique Pigenet, apporte ainsi son témoignage sur la place de l’usager et des familles.

Antoine Dubout, Président de la FEHAP, ainsi qu’Yves-Jean Dupuis, Directeur général, s’expriment également à cette occasion.

Retrouvez les moments forts de leurs entretiens en vidéos et découvrez la plaquette éditée par la Fédération sur son site Internet : www.fehap.fr

Avant la promulgation de cette loi, la grande majorité des institutions et des professionnels respectaient les droits des usagers sans le dire ni même le savoir. L’inscription des droits des usagers dans la loi a accéléré le mouvement déjà à l’œuvre et a constitué un indéniable levier de transformation institutionnelle. Les droits, une fois proclamés, ont été accompagnés des instruments qui en permettent tant l’exercice au quotidien, que la protection.

Les mères et pères fondateurs de la loi soufflent donc, à l’invitation de la FEHAP, les 10 bougies de la rénovation du secteur social et médico-social. Leur conviction et la vision d’ensemble dont ils font montre dans leur interview nous rappellent l’importance d’instiller un nouveau souffle dans la manière de penser et de déployer les politiques sociales et médico-sociales, a fortiori dans un contexte nouveau de fortes contraintes économiques.