La participation au service public hospitalier : un concept qui demeure mobilisateur !

La FEHAP a pris connaissance de la polémique qui s’est installée sur la dévolution des missions de service public, entre la Ministre de la Santé et des Sports, la Fédération Hospitalière de France et la Fédération de l’Hospitalisation Privée, par voie de communiqués et de déclarations à la presse. La FHF a fait état de propos privés tenus par la Ministre sur une priorité donnée aux établissements publics de santé pour l’exercice des missions de service public, que son cabinet n’infirme pas plus qu’il ne les confirme. La Fédération Hospitalière Privée a rappelé pour sa part que la Loi HPST ouvre la possibilité à des établissements privés de statut commercial de se voir confier des missions à l’égal des autres établissements de santé. C’est ce que la Directrice de l’hospitalisation et de l’organisation des soins est venue indiquer à son récent congrès.

La FEHAP estime qu’il n’est pas souhaitable que des ambiguïtés de cette nature puissent précéder et jeter le trouble sur les concertations partagées concernant les projets de décrets de mise en application de la Loi HPST. Elle suggère que la Ministre puisse recevoir conjointement les trois Présidents des trois Fédérations hospitalières –FHF, FEHAP et FHP- pour une clarification partagée de ses positions.

Au-delà, la FEHAP note avec intérêt que, dans ce débat, le service public hospitalier conserve sa force mobilisatrice pour tous les acteurs de la santé, publics comme privés. Elle souhaite que l’implication partagée dans ses principes fondateurs puissent se traduire avec objectivité et équité, pour toutes les composantes de l’offre de soins. C’est le sens des propositions d’amendements que la FEHAP avait suggérés pour que le service public hospitalier soit mieux défini, dans le cadre des débats parlementaires sur la Loi HPST.