Le premier « Rendez-vous annuel du management Privé Non Lucratif » réaffirme la modernité du secteu

Le premier « Rendez-vous du Management Privé Non Lucratif », organisé le 23 novembre au Palais du Luxembourg par la FEHAP et le Crédit Coopératif, a montré l’adéquation de ce mode de gestion au contexte économique actuel et la nécessité de promouvoir cette troisième voie pour notre système de santé.

Paris (France), le 28 novembre 2007 – La Fédération des Etablissements Hospitaliers et d'Assistance Privés à but non lucratif (FEHAP), et son partenaire le Crédit Coopératif, se réjouissent de la réussite du premier « Rendez-vous du Management Privé Non Lucratif », qui s’est tenu le vendredi 23 novembre au Palais du Luxembourg, et a réuni une centaine de participants. Les différents intervenants ont mis en évidence, lors des deux tables rondes, les spécificités d'un secteur qui représente le meilleur compromis entre interventionnisme de l'Etat et logiques de marché.

Pour l'économiste de la santé Claude Le Pen, le secteur Privé Non Lucratif (PNL) a toute sa place entre un modèle public en plein doute et un modèle privé commercial contraint par son “business model”.
Les industriels Antoine Dubout et Henri Lachmann, tous deux présidents d’établissements de santé privés non lucratifs, ont rappelé que les structures PNL sont tenues comme toutes les entreprises privées de réaliser des surplus pour assurer leur survie, en précisant que leur souplesse de gestion et la responsabilisation de leurs dirigeants sont des gages d'adaptation, mais aussi de meilleur service. L’inscription de ce secteur au cœur d'un réseau sanitaire et médico-social dense permet d’assurer également le suivi des patients après leur hospitalisation. Pour Claire Bazy-Malaurie, présidente d’un établissement PNL, la valeur ajoutée de ce secteur réside dans le souci du confort du malade, la qualité de sa prise en charge, et l’accueil personnalisé. Pour Daniel Lenoir, Directeur Général de la Mutualité Française, le secteur hospitalier PNL en général, et mutualiste en particulier s’inscrit dans une volonté de coopération avec les autres acteurs, publics ou privés, afin de répondre aux enjeux de pérennité, d’efficience et d’attractivité de ces structures pour les professionnels de santé, dans un système garantissant l’accès de tous les assurés à des soins de qualité, au meilleur coût.

Victor Rodwin et Denise Silber, les intervenants américains de cette journée, sont venus parler du modèle PNL majoritaire aux Etats-Unis. Le premier, professeur en management et politique de la santé à New-York, a évoqué le véritable partenariat qui existe outre-atlantique entre l’Etat et les acteurs Privés Non Lucratifs, les plus aptes à innover selon lui. La seconde, consultante en technologies de l’information et de la communication, s’est interrogée sur la place discrète qu’occupe en France le secteur Privé Non Lucratif dans le système de la protection sociale et sur son manque de visibilité, alors qu'aux Etats-Unis 8 des 10 premiers hôpitaux sont Privés Non Lucratifs, et que de nombreux pays européens plébiscitent ce mode de gestion.

Qu’ils soient économistes, universitaires, présidents d’associations ou industriels, tous les intervenants ont affirmé le rôle essentiel que joue le secteur PNL dans la constitution d'une offre de soins et de services tournée vers les usagers.

« Nous souhaitons pérenniser ce grand rendez-vous. Cette première édition s’est révélée très enrichissante. Elle a permis de mesurer l'attente des différents publics vis-à-vis de notre secteur. Cet événement a apporté la preuve des performances de notre modèle, il a également mis en évidence ses faiblesses, notamment son déficit de notoriété. Le modèle Privé Non Lucratif a des réponses à apporter aux questions que se posent les gestionnaires des comptes publics, les professionnels et bien sûr aussi les usagers. A nous de tout mettre en œuvre pour le faire savoir, accroître la visibilité de notre secteur et obtenir les moyens nécessaires à son développement », a déclaré Emmanuel Duret, Président de la FEHAP.



À propos de la FEHAP : La Fédération des Etablissements Hospitaliers et d’Assistance Privés à but non-lucratif totalise 3112 établissements adhérents, 2,5 millions de personnes accueillies chaque année, une capacité totale de 200 000 lits et places et 190 000 salariés.