LE PRIVE NON LUCRATIF : un modèle qui s’exporte

La Banque Mondiale demande à la FEHAP d’aider la Bulgarie à réformer son système de santé

Paris (France), le 15 mai 2007 – La Fédération des Etablissements Hospitaliers et d’Assistance Privés à but non lucratif (FEHAP) annonce aujourd’hui la tenue, les 17 et 18 mai, d’une série de conférences à l’hôpital universitaire Sainte Ecaterina de Sofia (Bulgarie), sur le thème : « Restructuration hospitalière et contrôle des dépenses ».

A la demande de la Bulgarie, et sous l’égide de la Banque Mondiale, la FEHAP présentera ainsi ses valeurs et le modèle privé non lucratif devant environ 120 directeurs d’hôpitaux, représentants du Ministère de la Santé, de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie et des centres régionaux de santé publique bulgares.

A l’issue de ce cycle de conférences, la FEHAP et le ministère de la Santé bulgare signeront un accord de partenariat visant notamment à former les directeurs d’hôpitaux.

La FEHAP participe aussi à un appel d’offres international pour coopérer à la réforme du système de santé bulgare. Le résultat de l’appel d’offres sera connu fin juin.

« Nous sommes très fiers que de nouveaux entrants dans l’Union Européenne comme la Bulgarie fassent appel à notre expertise pour réformer leur système de santé. Cet accord avec le ministère de la Santé bulgare s’inscrit pleinement dans la stratégie de notre fédération, car il contribue au rayonnement international du secteur privé non lucratif », a déclaré Yves-Jean Dupuis, Directeur Général de la FEHAP.

Méconnu en France, le secteur privé non lucratif constitue le troisième maillon du système de santé français, entre le secteur public et le secteur privé commercial. Il connaît un important développement en Europe comme en Amérique du Nord. Pour la Banque Mondiale, le modèle privé à but non lucratif incarné par la FEHAP constitue un réservoir d’expertises dans le domaine sanitaire, qui l’aident dans sa mission européenne de développement et de restructuration, notamment des pays de l’ancien bloc de l’Est.

L’expertise de la Fédération répond aux interrogations que se pose ce pays sur la mutation de son système de santé. Passée en 1989 d’un régime étatique à une économie de marché, la Bulgarie est aujourd’hui tiraillée entre un système hospitalier public encore peu performant et la tentation d’un modèle libéral à l’américaine, où la performance économique prime sur l’équité des soins. « Les autorités bulgares voient dans le secteur privé non lucratif un moyen d’associer l’égal accès aux soins et la performance managériale indispensable pour réorganiser le système », explique Benoît Nautré, coordinateur du pôle international de l’Institut de la FEHAP.

À propos de la FEHAP : La Fédération des Etablissements Hospitaliers et d’Assistance Privés à but non lucratif représente 3050 établissements adhérents, 2,5 millions de personnes accueillies chaque année, une capacité totale de 200 000 lits, plus de 180 000 salariés. (www.fehap.fr)