Lutte contre les infections nosocomiales : note technique

Le tableau de bord des Infections Nosocomiales du centre chirurgical Marie Lannelongue le situe dans la fourchette haute des établissements de santé.
Classé B pour le score agrégé avec une note de 77,6/100, cet établissement se situe ainsi dans le premier quart des établissements de santé de taille comparable (seuls 26% des établissements sont classés A ou B pour le score agrégé) ; classé A pour le score ICALIN 2006 avec un taux de 95% (progression régulière depuis 2004), effectuant la surveillance des infections de site opératoire pour toute la chirurgie (8 services concernés), cet établissement présente les mêmes marges de progression (classement C) que la moyenne des établissements français sur les 2 autres indicateurs (consommation des solutions hydro-alcooliques et bon usage des antibiotiques).
Globalement, les établissements de la FEHAP sont plus performants que la moyenne nationale pour la lutte contre l’infection nosocomiale.
Ainsi, tous les établissements MCO de plus de 300 lits sont classés A au score ICALIN ; ils sont 25%, versus 11% au niveau national, à être classés en A ou B au score ICSHA (consommation des solutions hydro-alcooliques) ; enfin leur score agrégé est A ou B pour la moitié d’entre eux (24% au niveau national pour cette catégorie).
Le tableau de bord est également meilleur pour les établissements FEHAP MCO de moins de 300 lits : les 2/3 ont un score ICALIN en A ou B ; ils sont 47% à obtenir un score agrégé en A ou B contre 27% de l’ensemble des établissements comparables.
Quant aux établissements SSR de la FEHAP, ils se situent dans la moyenne nationale ou au dessus pour tous les indicateurs.
Cependant, cette performance pâtit encore du manque de visibilité dans les statistiques du Ministère, car nos établissements ne bénéficient pas d’une classe spécifique. De ce fait, les bons résultats du secteur privé à but non lucratif dans la lutte contre les maladies nosocomiales restent méconnus du grand public.