Contrats aidés : Rendre le dispositif plus efficace

A la suite des annonces gouvernementales successives de ces dernières semaines relatives à la baisse massive des contrats aidés en 2017 et à la disparition éventuelle de ce dispositif,  la Croix-Rouge française, la FEHAP, Nexem et UNICANCER souhaitent alerter le gouvernement sur les conséquences de cette décision sur l'insertion sociale, professionnelle et l'employabilité d'un grand nombre de personnes éloignées ou très éloignées de l'emploi dans le secteur associatif.

Si le secteur social, médico-social et sanitaire semble devoir bénéficier d'arbitrages politiques plus favorables, la Croix Rouge française, la FEHAP, Nexem et UNICANCER considèrent de leur responsabilité de rappeler l'importance de ces contrats pour l'activité associative dont les missions exigent de veiller à la qualité de l'accompagnement des personnes en situation de fragilité ou / et de perte d'autonomie.

Dans une note qui sera adressée au ministre des Solidarités et de la Santé, au ministre du Travail et au ministre de l'Action et des Comptes publics, les quatre organisations professionnelles d’employeurs rappellent les enjeux d'une suppression totale et immédiate des contrats aidés.

Elles proposent :

- de maintenir le dispositif actuel dans le secteur social, médico-social et sanitaire

- et qu'une concertation s'engage dans le même temps avec les pouvoirs publics pour le rendre plus efficace.

Cette rénovation pourrait s'appuyer sur un dispositif de contrats "d'accompagnement", ciblé en priorité dans les secteurs connaissant des problèmes d'attractivité. Le dispositif devra assurer un véritable parcours de formation garantissant l'acquisition de compétences aux personnes éloignées de l'emploi, au regard d'un redéploiement de l'aide publique qui lui est aujourd'hui associée.