La FEHAP souhaite élargir l'accès au droit au répit

logo FEHAP 2

La FEHAP, membre du Haut Conseil de la Famille, de l'Enfance et de l'Age (HCFEA), n'a pas voté l'avis émis par le Conseil de l'Age dans son rapport sur "la prise en charge des aides à l'autonomie et son incidence sur la qualité de vie des personnes âgées et de leurs proches aidants". 

La FEHAP ne partage pas l'avis du Conseil de l'Age souhaitant "consolider le droit au répit largement dans le plan d'aide personnalisé". Sur le fond, la FEHAP reste fidèle à sa position historique : le droit au répit, actuellement limité aux seuls aidants des bénéficiaires de l'Aide Personnalisée à l'Autonomie (APA), est doté d'un montant trop faible et son accès reste insuffisamment ouvert. La FEHAP souhaite revenir sur ces modalités restrictives afin de permettre à tous les aidants de bénéficier du droit au répit, sans aucune discrimination préalable liée à l'existence d'un plan d'aide. 

Par ailleurs, la FEHAP aurait souhaité que l'avis du Conseil de l'Age s'exprime d'une seule voix et ne soit pas une accumulation de positions inviduelles. 

Le Haut Conseil de la Famille, de l'Enfance, et de l'Age est une instance créée en 2016 qui regroupe diverses organisations telles que des fédérations, associations de gestionnaires ou représentants d'usagers, syndicats, etc. Il émet des rapports et des avis sur les politiques publiques en lien avec la famille, l'enfance et l'âge. Le Haut Conseil regroupe en son sein le Conseil de l'âge, le Conseil de l'enfance et de l'adolescence et le Conseil de la Famille.