La FEHAP était présente avec UNIFED au salon « Jeunes d’Avenirs » organisé à la grande Halle de la Villette (Paris 19ème), les 29 et 30 novembre 2013.

La FEHAP était présente avec UNIFED au salon « Jeunes d’Avenirs » organisé à la grande Halle de la Villette (Paris 19ème), les 29 et 30 novembre 2013.


Ce salon avait vocation à proposer aux jeunes de 16 à 25 ans peu ou pas qualifiés, non seulement des milliers d’offres d’emploi, mais aussi tous les outils favorisant leur employabilité (explication des dispositifs, formations, ateliers CV, coaching, etc), et leur marche vers l’emploi.
L’occasion pour la fédération d’honorer les engagements pris lors de la signature de la convention des emplois d’avenir avec l’Etat et de répondre à sa responsabilité sociétale en aidant des jeunes dans leurs recherches d’emplois et de formations et ainsi de mieux faire connaitre le secteur privé non lucratif et les besoins de recrutement de ses adhérents.
Sur 6 000m2, au travers de 3 grands espaces (Objectif emploi, Orientation/Formation et Café de l’Emploi) et selon des parcours qui s’adaptent aux besoins de chacun, Jeunes d’Avenirs proposait aux jeunes de faire le point sur ses acquis et compétences, de réfléchir à ses projets et orientation professionnels, de s’informer sur les dispositifs de formation adaptés


• Découvrir les métiers et les secteurs qui recrutent
• Commencer une formation en alternance
• Développer ses connaissances des entreprises
• Se renseigner sur les dispositifs d’aide à l’emploi
• Apprendre à chercher un emploi et construire un CV efficace
• Rencontrer un conseiller emploi
• Avoir un entretien avec son futur employeur

Bilan officiel du salon


Près de 12 000 visiteurs ont été accueillis dans le cadre du salon Jeunes d'Avenirs. La plateforme de recrutement dédiée affichait 10 113 offres d'emploi au compteur, à l'ouverture du salon. Conformément au projet initial, ces visiteurs ont été, dans leur grande majorité, des jeunes « décrocheurs » ou en recherche d'emploi, en fin de formation et en recherche de solutions pour la construction de leur parcours professionnel. 40 % d'entre eux disposaient d'un niveau de formation initiale inférieur au bac et 40 % avec uniquement le bac.