Philosophie de l'accord national interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013

L’accord national du 11 janvier 2013 et sa traduction législative invitent à deux développements fondamentaux. Cette construction originale de normes est conçue en application de l’article L1 du Code du travail, c’est-à-dire de la loi Larcher du 31 janvier 2007, elle-même inspirée de techniques du droit communautaire. Au terme de ce texte, le Gouvernement doit, préalablement à la préparation de loi intéressant le droit du travail, appeler les partenaires sociaux à se concerter sur les sujets concernés et éventuellement, s’ils le souhaitent, à négocier un accord dont le contenu alimentera le projet soumis au Parlement. Concrètement, les partenaires sociaux jouent les « prélégislateurs ». Quel que soit l’intérêt d’une telle construction juridique, spécialement sur ce que l’on a coutume d’appeler la démocratie sociale, elle se heurte à une difficulté majeure. Seul le Parlement a la capacité de créer la loi.

Ressources attachées