43ème Congrès de la FEHAP : Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé, signe la Déclaration « Associons nos savoirs »

 

 DSC2781

Lors du 43ème Congrès de la FEHAP qui se tient actuellement à Rennes, Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé a signé  la Déclaration « Associons nos Savoirs ».

Cette déclaration est le fruit de plusieurs années de travail du collectif dont elle porte le nom[1]. Elle a vocation à promouvoir la participation des personnes concernées (personnes accompagnées, patients, aidants) à la formation initiale et continue des professionnels du soin et de l’accompagnement.

Cette participation est en effet un levier majeur pour permettre aux pratiques professionnelles de l’action sociale et de la santé de mieux répondre aux attentes de la société du 21ème siècle : participation, reconnaissance, prise en compte des personnes.

C’est à ce titre, et dans la droite ligne de la stratégie de transformation du système de santé, qu’Agnès Buzyn a signé la déclaration Associons nos savoirs, entourée de Carole Le Floch formatrice pair dans le champ du travail social et Catherine Cerisey patiente enseignante, experte dans le champ du cancer.

Rendre complémentaires, au sein de la formation initiale et continue, les savoirs scientifiques, les savoirs professionnels et les savoirs expérientiels permet d’atteindre deux objectifs majeurs : recentrer la pédagogie sur la relation équilibrée entre les professionnels et les usagers pour mieux promouvoir leur autonomie et leur citoyenneté ; promouvoir la qualité de vie au travail par le renouvellement du sens du métier autour de la relation aux patients et personnes accompagnées, qui est au cœur de l’engagement dans ces professions.

Associons nos savoirs fait suite à la Déclaration de Vancouver de 2015, qui posait les bases d’une participation citoyenne à la formation professionnelle. Il incarne une approche résolument transversale à la santé et au secteur social et médico-social. Il est issu d’une démarche de consensus construite avec toutes les parties prenantes : usagers et associations d’usagers, chercheurs, professionnels et étudiants, représentants de la puissance publique et des organismes de formation. Il fera l’objet dans les mois à venir d’une déclinaison pratique, en lien avec les dispositions prévues dans Ma Santé 2022 et en résonnance avec toutes les dernières orientations des réformes du travail social. C’est ainsi que ce plaidoyer pourra, au-delà du seul objectif de servir la démocratie en santé, servir la démocratie tout court.



[1] Samira Bekhti Cabinet Oratorio, François Blot, réanimation, Institut Gustave Roussy, Marie-Pierre Bougenot APF France Handicap, Agnès Brousse, UNAF, Nicolas Brun UNAF, Alice Casagrande FEHAP, Catherine Cerisey patiente enseignante, Marie Citrini patiente enseignante, Marina Drobi Comité interministériel du handicap, Jean-Christophe Guillemin étudiant en soins infirmiers, Matthieu Elgard formateur, Véronique Ghadi HAS, Clotilde Girier formatrice, Olivia Gross Université Paris 13, Marcel Jaeger Le Cnam, Emmanuelle Jouet Laboratoire de recherche de Maison Blanche, Carole le Floch élue au Conseil régional des personnes accueillies/accompagnées d’Ile-de-France, Isabelle Monnot IFSI Montceau, Paul Morin Université de Sherbrooke, Michel Naiditch Institut de Recherche et de documentation en économie de la santé, Nadine Sguerzi Institut de formation Fondation OEuvres de la Croix-Saint-Simon, Muriel Varenne CARE Conseil