Le projet stratégique en Martinique-Guadeloupe-Guyane

 width=



AXES STRATEGIQUES ET PROPOSITIONS D’ACTIONS

VIE ASSOCIATIVE

Le faible taux de retour de questionnaires pourrait démontrer le besoin de dynamiser la vie associative au sein de l’interrégion Antilles-Guyane. Les directeurs, présidents et administrateurs, en investissant la sphère FEHAP, trouveraient, dans un système « gagnant – gagnant », un soutien opérationnel grâce via l’échange d’informations et une assistance à la conduite de projets individuels ou mutualisés.


PROPOSITIONS D’ACTIONS

1. Valoriser les initiatives des adhérents et favoriser le partage d’expériences

De nombreuses actions sont menées individuellement par chaque adhérent. Ces initiatives pourraient bénéficier au plus grand nombre dans le cadre de rencontres thématiques visant expressément au partage d’expériences et auxquelles présidents, administrateurs et directeurs assisteraient. Ce type d’évènement pourrait être organisé pour toute l’interrégion, une à deux fois par an par la délégation, en complément de l’assemblée régionale et/ou des réunions départementales.

2. Organiser un accueil des nouveaux adhérents

Le représentant départemental de chacune des trois composantes de la délégation Antilles-Guyane pourrait organiser, après communication par la siège d’une nouvelle adhésion, une rencontre avec l’établissement ou service intégrant la FEHAP afin de :

- lui présenter la FEHAP et ses adhérents
- lui présenter les actions et les missions de la délégation
- lui proposer une intégration active dans la vie de la délégation

3. Prospecter auprès des établissements non adhérents FEHAP

Dans le contexte du lancement des conférences régionales de santé et de l’autonomie et des conférences de territoires, la communauté FEHAP pourra s’enrichir de l’intégration de nouveaux adhérents, notamment pour accroitre la force de la représentativité des établissements FEHAP en région.


PARTENARIATS / COORDINATION / MUTUALISATION

Les réponses aux questionnaires indiquent non seulement une volonté forte des adhérents FEHAP à diversifier leurs activités et faire croitre leurs capacités d’accueil, mais également un besoin corrélatif de trouver davantage de synergies, via la mutualisation de moyens matériels, logistiques, ou humains.

Par ailleurs, le contexte actuel de tension financière et la présence de plus en plus prégnante des concurrents devraient inciter les établissements et services aux coopérations et regroupements. Ces liens pourraient se construire ou se consolider au sein du secteur privé non lucratif, de manière idéalement transversale, afin d’assurer à la population une prise en charge globale et continue.
Les alliances pourraient dans un premier temps s’opérer entre adhérents FEHAP, dont les activités et les besoins sont retranscrits ci-dessus, et dans un second temps, avec tous les acteurs du privé non lucratif, les promoteurs publics et les opérateurs commerciaux.


PROPOSITION D’ACTIONS

1. Organiser par département des réunions sur les enjeux et les alliances possibles

Ces réunions, auxquelles assisteraient l’ensemble des adhérents FEHAP implantés dans le département, tendraient à sensibiliser les directeurs et les présidents d’organismes gestionnaires à la nécessité de se regrouper, analyser les opportunités de développement évoquées précédemment, identifier la faisabilité de développer l’offre FEHAP sur le territoire, structurer des actions communes et envisager concrètement les rapprochements et/ou mutualisations entre organismes gestionnaires, voire construire des filières de prise en charge.

2. Proposer à l’ensemble des acteurs du privé non lucratif des actions communes PNL

Les établissements et services du privé non lucratif sont largement représentés dans l’interrégion. La multitude d’acteurs associatifs sur le terrain pourrait se concerter et organiser des actions communes de valorisation du PNL.
Avant même la définition de ce type d’actions, des rencontres institutionnelles de la FEHAP régionale avec les représentants des autres structures PNL non FEHAP, et de la Croix rouge notamment, favoriseraient l’affirmation d’une identité commune rattachée à la notion de « gestion désintéressée ». Elles permettraient également une meilleure connaissance des acteurs entre eux, préalable à la construction de toute action concertée.

COMMUNICATION

La délégation Antilles-Guyane devra s’attacher à élaborer un plan de communication, non seulement destiné à faire connaître les établissements et services adhérents des usagers, des partenaires externes potentiels (libéraux et structures) et des décideurs publics (ARS et conseils généraux) mais également des adhérents FEHAP entre eux, pour favoriser les actions communes souhaitées.

PROPOSITION D’ACTIONS

1. Définir les missions des délégués départementaux

Pour optimiser l’action territoriale de la délégation FEHAP Antilles-Guyane et faire connaître l’action de la délégation au profit de ses adhérents, les missions des représentants départementaux pourraient faire l’objet d’une définition plus précise. Entre autres propositions, ils pourraient être chargés :

- d’identifier les opportunités de développement et les besoins de la population dans le département ;
- d’identifier les établissements à risque dans le département ;
- de rencontrer régulièrement les décideurs locaux et les élus au titre de la FEHAP ;
- d’organiser des réunions et favoriser les échanges entre adhérents dans le département ;
- de repérer les besoins sans cesse actualisés des adhérents du territoire.

2. Définir une stratégie de représentation auprès des ARS et des conseils généraux

La FEHAP siège déjà au sein des instances régionales telles que le CROS et le CROSMS. Cela étant, avec la loi HPST, ces comités disparaissent. Il est primordial que la délégation Antilles-Guyane continue d’entretenir des liens privilégiés avec les autorités de tarification et de contrôle.
Il s’agit donc dans un premier temps d’identifier les nouveaux interlocuteurs de la FEHAP à l’ARS et de préparer des rencontres avec chacun d’entre eux.

3. Développer la relation avec les médias

La communication auprès du grand public pourra continuer d’être développer. Les liens tissés avec les médias locaux devront être entretenus, notamment grâce à la valorisation des actions et innovations développées par les adhérents de la Fédération.

FORMATION

Tant la formation des professionnels que celles de cadres dirigeants a été signalée par les adhérents comme objectif prioritaire pour la FEHAP Antilles-Guyane.
Il est vrai que le contexte réglementaire et législatif actuel génère de nombreux changements pour les structures sanitaires, sociales et médico-sociales (réforme de la tarification, démarche qualité, HPST,…).
La délégation Antilles-Guyane pourrait assurer l’interface entre adhérents de la Fédération afin de garantir leur adaptation rapide aux évolutions juridiques et techniques.

PROPOSITION D’ACTION

1. Proposer des formations adaptées aux préoccupations des adhérents

La formation continue est essentielle à l’amélioration continue de la qualité de la prise en charge et à l’adaptation des professionnels aux évolutions du secteur.
Grâce à des sondages réguliers qui pourraient être menés par les délégués départementaux auprès des adhérents, la délégation sera à même de définir les priorités communes des établissements et services FEHAP en termes de formation des professionnels, et proposer une mutualisation de leurs personnels dans le cadre de session de formation collective.

DEMARCHE QUALITE

La démarche qualité est l’une des préoccupations majeures des établissements et des organismes gestionnaires. Elle concerne tous les établissements et services, qu’ils soient sanitaires, sociaux ou médico-sociaux.

PROPOSITION D’ACTION

La délégation pourrait dresser un état des lieux des démarches qualité engagées au sein des structures FEHAP afin de repérer les prestataires choisis, les bonnes pratiques et les outils d’ores et déjà construits ou expérimentés pour stimuler les échanges entre adhérents sur cette thématique et envisager à moyen terme l’éventuelle mutualisation d’un temps de responsable qualité.