L’esprit des formations de la FEHAP

Une identité partagée

S’adressant à ses adhérents, le Centre de Formation de la FEHAP porte au sein de ses formations les valeurs de l’identité commune privée non lucrative, et celles de l’économie sociale et solidaire. Ainsi c’est cet angle singulier qui fonde l’approche de chacun des thèmes de formation.

 

Des espaces d’échanges

La formation constitue un espace de rencontre et d’échanges pour les acteurs des secteurs sanitaire, social et médico-social reflétant la diversité des structures adhérentes. Se rencontrer en formation, c’est aussi mieux se connaitre pour mieux travailler ensemble au service du patient et de l’usager, quelles que soient la fonction occupée par le stagiaire et sa structure d’origine.

 

Des formations répondant à des besoins identifiés

Les besoins émanant du terrain sont recueillis grâce aux échanges avec les adhérents et avec les chargés de mission régionaux de la FEHAP, et également grâce aux travaux de ses commissions et des Directions du siège.

Une veille permanente sur l’actualité législative et réglementaire, sur les évolutions de pratiques et les recommandations de bonnes pratiques permet de proposer des formations qui accompagnent la mise en œuvre des évolutions.

 

Des formateurs experts et engagés

Pour mener à bien toutes ces formations, la FEHAP choisit ses formateurs et intervenants en prenant en compte leur expertise dans leur domaine, leur excellente connaissance du secteur sanitaire, social et médico-social, leurs qualités pédagogiques, mais aussi leur attachement aux valeurs et au mode de gouvernance privé non lucratif.

Elle s’appuie aussi, à chaque fois que c’est opportun, sur des professionnels issus des établissements FEHAP et reconnus pour leur expertise dans leur spécialité, leur recul et leurs qualités de transmission.

Selon les thèmes, les formations sont construites avec l’expertise des différents services de la FEHAP (Direction des relations du travail, Direction de l'offre de soins et de la coordination des parcours de santé, Direction de l'autonomie et de la coordination des parcours de vie, Direction Formation, Inno­vation et Vie associative, Direction de la communication, Observatoire économique, social et financier).

Par ailleurs, des coopérations avec des partenaires peuvent être mises en place.

 

Des méthodes pédagogiques interactives

Elles font alterner apports théoriques et exposés avec des exercices et des échanges avec les par­ticipants qui interrogent ainsi leurs expériences et leurs pratiques.

Selon les thèmes, des travaux en sous-groupes, des études de cas et exercices, des mises en situation sont proposés. Des séquences d’analyse des pratiques sont intégrées aux programmes de développement professionnel continu (DPC). On s’attache à dégager des pistes de travail pour une mise en œuvre dans le poste de travail de chacun à l’issue de la formation.

Le déjeuner est pris en commun afin de prolonger, dans un autre cadre, les échanges entre participants et avec l’intervenant.

 

Un processus d’évaluation continu

L’évaluation des acquis est fondée sur l’auto-évaluation pour les formations courtes (exercices, études de cas, quizz). Dans le cadre des cycles longs, une co-évaluation est mise en œuvre.

Une fiche d’évaluation sollicite l’appréciation des stagiaires à l’issue de chaque formation ou module. Ils sont invités à s’exprimer sur les points essentiels qu’ils retiennent et à énoncer leur niveau de satisfaction tant sur le contenu de la formation (réalisation des objectifs, réponses aux attentes, possibilité de réinvestissement) que sur son déroulement (méthodes et supports pédagogiques, conditions matérielles).

Le centre de formation s’engage à prendre en considération l’ensemble des évaluations.