Identité privée non lucrative : plusieurs outils pour vous aider à vous définir et vous questionner

Identité privée non lucrative : plusieurs outils pour vous aider à vous définir et vous questionner

La possibilité pour toute entreprise de se revendiquer d’intérêt économique, social et environnemental rapproche en quelque sorte le secteur commercial de celui du privé non lucratif. Cela renforce la nécessité pour nos organisations de se définir pour mieux se démarquer : se définir en effet par rapport aux autres secteurs mais surtout pour soi, par rapport aux personnes accompagnées et au grand public. Il est essentiel pour nos organisations privées non lucratives d'explorer ces interrogations et ces tensions en s’appuyant sur les notions fondatrices.

Ainsi, pour accompagner les adhérents dans leur introspection, la FEHAP propose deux outils :

  • Le guide "L'identité privée non lucrative" pour vous informer et vous faire partager les réflexions du groupe de travail qui s'est réuni à plusieurs reprises en 2018 sur ce sujet (document en téléchargement ci-dessous) ;
  • Une grille de lecture pour permettre à chacun de se réinterroger, en interne, sur ses propres pratiques et sur son respect de l’identité privée non lucrative. Cette grille est aussi un outil pertinent dans le cas de situation de rapprochement, d'absorption ou de fusion car elle peut servir de support aux échanges entre les structures concernées. Elle permettra ainsi d'identifier les points d'entente ou au contraire de soulever les désaccords, sur l'ensemble des principes qui constituent l'identité privé non lucrative. (Document en téléchargement ci-dessous)

 

Le deuxième onglet de la grille est composé d'un tableau et d'un schéma présentant le "score" de l'établissement. En effet, les réflexions du groupe de travail sur l'identité privée non lucrative ont mis en évidence que tous les critères ne sont pas d’égale importance. Certains éléments sont décisifs :

  • ne pas réserver les excédents aux administrateurs (principe de gestion désintéressée),
  • limiter la part financière assumée par l’usager ou le patient,
  • et permettre à des personnes vulnérables d’avoir accès aux soins et aux accompagnements (principe de l’accéssibilité financière).

D’autres éléments en revanche sont seulement des signes intéressants qui contribuent à la vie associative, comme le fait de mobiliser des bénévoles et de solliciter des mécènes.

 

Zoom sur

Pour tout renseignement sur l'utilisation de la grille et la compréhension des résultats, vous pouvez joindre la Direction de la Formation, de l'Innovation et de la Vie Associative :

Aurélie GAONAC'H

Chargée de projet Recherche, Innovation et Vie Associative

01 53 98 95 00

aurelie.gaonach@fehap.fr