100 ans de l'OHS Lorraine : 100 ans de solidarité

L'Office d’Hygiène Sociale Lorraine (OHS), adhérent FEHAP, fête en 2020 son 100ème anniversaire. L’OHS Lorraine est un organisme privé à but non lucratif reconnu d’utilité sociale depuis 1923. Il comprend cinquante trois établissements et services sur la région Lorraine. Son but : accompagner le parcours de vie, de soin et de santé de publics fragilisés allant des enfants jusqu’aux séniors.

Afin de célébrer cet anniversaire, l'OHS organisera tout au long de cette année de nombreuses manifestations permettant d'évoquer sa riche histoire qui a permis à cette association de rayonner dans de nombreux domaines. 

A cette occasion, l'OHS a créé un journal en ligne afin de suivre cette année de commémoration : 

http://journal.ohs.asso.fr/

La FEHAP organisera son 45ème congrès en Lorraine, les 25 et 26 novembre 2020 à Nancy. Une occasion pour la fédération de participer à cette célébration. 

L'histoire de l'OHS 

Professeur agrégé des Facultés de Médecine, le Doyen Jacques PARISOT apparaît, d'emblée, comme un visionnaire, un homme d'action, présent aussi bien auprès de chaque personne en souffrance que dans les plus hautes instances nationales et internationales.

A ce véritable guide il fallait un cadre pour agir : il le trouvera dans ce qu'offre et permet le champ associatif. Les statuts de l'Association Office d'Hygiène Sociale sont déposés le19 décembre1920 à la Préfecture de Meurthe et Moselle. La reconnaissance d'Utilité Publique est obtenue le 20 janvier 1923. Les statuts sont porteurs, dès cette époque, d'un projet médico-social. L’article 1 est explicite, on peut y lire :

'' L'Association a pour but de seconder, de développer et de coordonner les efforts en vue de la lutte contre les maladies sociales et plus particulièrement la tuberculose...''La stratégie fait une place privilégiée à la prévention qu'il s'agisse d'intervenir auprès des enfants ou des adultes. '' Guérir c'est bien, prévenir c 'est mieux '' Ce précepte toujours rappelé fonde les actions menées.

Rapidement, les analyses et les propositions du Doyen J. PARISOT sont entendues et reconnues ainsi, il siégera, dès 1934, comme représentant de la France au Comité d'Hygiène de la Société des Nations et en sera élu, à l'unanimité, Président en 1937.

On le retrouve, tout naturellement, avec de hautes fonctions à l'avènement des Nations Unies et la constitution de l'Organisation Mondiale de la Santé – O.M.S. Jusqu’à devenir, en juin 1951, Président du Conseil Exécutif de l'O.M.S.

Son esprit, son humanisme et ses préceptes sont tout à fait contemporains de la définition de la santé donnée en 1946 par l'O.M.S. '' La santé est un état complet de bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité ''.

Une telle définition commande une approche, un regard, une analyse de la situation du patient vu, dans sa globalité, comme une personne. On trouve cette préoccupation dans l'action menée en particulier dans les dispensaires ouverts par l'O.H.S. Tout comme dans la création d'un Institut Régional d’Enseignement Social, école formant des assistantes sociales.

Conserver, trouver, retrouver, non pas une place, mais sa place dans le groupe social caractérise les projets développés qui, dans ce but, s'accompagnent, suivant les cas, en même temps que sont donnés des soins, de la poursuite de la scolarisation, de la réadaptation, d'une formation et d'une préparation au retour en milieu normal. C'est une des caractéristiques des premiers établissements créés en :

- 1924 pour l'Ecole de Plein Air de Lunéville, qui deviendra une Maison d'Enfants à Caractère Social,
- 1925 pour le Préventorium de Flavigny sur Moselle qui accueille ses premiers usagers
- 1928, pour le Centre de Placement Familial de Thorey-Lyautey,
- etc.