Ialou ou un exemple réussi de médiation animale dans un EHPAD

Avoir un animal dans un EHPAD, dont les bénéfices auprès des résidents sont indéniables, est aujourd’hui quelque chose de presque habituel. Fort d’une expérience de médiation équine auprès d’un public en insertion et convaincu que l’animal est un fort vecteur de vie, la direction de l’EHPAD La Salamandre, adhérent FEHAP aubois, a ainsi souhaité mettre en place un projet collectif de médiation animale.  Le choix s’est tourné vers un chien éduqué par les familles d’accueil bénévoles et les éducateurs d’Handi’Chiens*. Ialou, golden retriever de 2 ans, a donc pointé le bout de sa truffe à La Salamandre en novembre 2015 et a fait son entrée officielle à la FEHAP lors du 40ème Congrès à Reims.

 

Partage d’expérience avec Laurent Hubert, Directeur d’EHPAD Asimat et Émilie Barutello, psychologue de La Salamandre

 

Un chien dans un établissement, pourquoi et comment ?

Avoir un animal dans un EHPAD est aujourd’hui quelque chose de presque habituel. Notre choix aurait pu s’orienter vers l’acquisition d’un chien dans un élevage de proximité, à qui nous aurions tenté d’inculquer des bases fortes d’éducation. Mais il en est tout autre. Fort d’une expérience de médiation équine auprès d’un public en insertion, la direction de La Salamandre, a souhaité mettre en place un projet collectif de médiation animale dans un établissement d’accueil et d’hébergement de personnes âgées, convaincu que l’animal est un fort vecteur de vie.

Notre choix s’est tourné vers un chien éduqué par les familles d’accueil bénévoles et les éducateurs d’Handi’Chiens parce que les chiens mis à disposition des établissements comme les nôtres, sont préparés à vivre dans en milieu collectif, et à aborder toutes sortes de situations qui peuvent être stressantes pour un chien ordinaire.

 

Quels sont les principaux objectifs visés par ce projet ?

Pour les résidents :

- Permettre aux personnes accueillies de retrouver le plaisir de la compagnie d’un animal;

- Partager des moments de plaisir simple;

- Se sentir impliquer dans le bien être du chien et les projets qui l’accompagnent en participant aux soins et au confort quotidien du chien;

- Tendre vers l’épanouissement du résident à travers le sentiment d’utilité, la revalorisation narcissique, le sens des responsabilités;

- Provoquer le désir de faire et d’agir;

- Permettre aux résidents une communication (verbale ou non) par la médiation du chien;

- Utiliser le chien comme moteur de la relation soignant-soigné, dans le but de réhumaniser leur rapport, qui est souvent réduit aux soins techniques à accomplir;

- Mettre en lumière / stimuler les capacités du résident via les compétences de l’animal;

- Favoriser les liens entre résidents et visiteurs lors de leur venue.

Pour l’équipe soignante :

-  Apporter un moyen, un outil supplémentaire d’entrer en relation via la médiation animale;

-  Associer plaisir et image positive / chaleureuse lors d’une intervention, d’un soin, pouvant être difficile;

-  Rassurer les soignants en intégrant la présence d’un tiers qui ne se justifie que par la présence du chien;

- Permettre aux soignants de (r)établir une relation d’humain à humain.

Pour les familles :

- Créer ou renforcer un sentiment d’ambiance/de climat plus intime, chaleureuse voire familiale par la simple vue de chien;

- Apaiser des sentiments souvent pénibles liés aux admissions (culpabilité, remords, regrets…) via le contact avec le chien;

- Séduire les familles (les convaincre de l’atout de la médiation animale) via les compétences du chien.

 

Des référents, c’est-à-dire ?

Le rôle des référents est de garantir au chien une alternance de temps de travail et de repos. En effet, au même titre que ses collègues humains, l’animal ne peut soutenir quotidiennement la concentration qui lui est demandé sans avoir des temps de pause qlui permettant de retrouver son habitus.

Pour mener à bien notre projet, nous avons fait le choix de deux référents principaux de fonctions et de formations différentes, de manière à alterner des temps de médiation à visée thérapeutique avec des temps plus collectifs favorisant le lien social.  Le choix de plusieurs référents garantit au chien cette alternance en limitant les contraintes pour le référent.

L’association Handi’Chiens forme les référents afin qu'ils acquièrent les 52 commandes qui permettront la bonne conduite du chien d’accompagnement social dans toutes les situations de la vie quotidienne.

 

Quels sont les ateliers possibles avec l’animal ?

Le toilettage:

Pour son bien-être et son équilibre, le chien a besoin d’un brossage régulier. Ce temps d’échange peut servir d’activité de motricité aux résidents et ce,  quelle que soit leur capacité à se déplacer. Il peut être également l’occasion de parler avec le résident de son propre rapport à l’hygiène et aux soins qui lui sont proposés. Nous proposons d’associer autant que possible les résidents qui le souhaitent à ces temps de relation privilégiée.

L’évaluation neuropsychologique via les ateliers de remotivation cognitive (autrement appelée stimulation cognitive):

- le repérage dans le temps et l’espace via la projection dans le temps et du lieu des prochains rendez-vous avec le chien ou encore via les activités d’association d’images sur les repères spatio-temporels;

- l’abstraction, le raisonnement idéatoire, la représentation mentale nécessaire à la planification via l’anticipation, les récits autour du chien;

- la mémoire à long terme via la réminiscence de leur expérience personnelle;

- la mémoire à court terme via les derniers évènements autour du chien et beaucoup d’autre encore.

La promenade en double laisse:

Cette activité permet, après évaluation avec le kinésithérapeute, de remobiliser la personne sur de la marche dans les couloirs de l’EHPAD. Le chien est source de motivation pour la personne. La personne reste accompagnée d’un référent.

      act2   1-Photo article PSS FEHAP CA 23122015 ASIMAT Ialou   Activité

Handi’chiens

 

HandiChiens

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, créée en 1989 et reconnue d’utilité publique par décret du 7 mars 2012, HANDI’CHIENS a pour mission d’éduquer et de remettre GRATUITEMENT des Chiens d’Assistance à des personnes atteintes d’un handicap moteur.

Depuis sa création voici 25 ans, HANDI’CHIENS a remis gratuitement plus de 1 800 Chiens d’Assistance à des personnes, enfants ou adultes, privées de mobilité.

HANDI’CHIENS éduque également des chiens d’assistance dits « chiens d’éveil  » destinés à des enfants souffrant de troubles autistiques, de trisomie, ou polyhandicapés et des chiens d’assistance dits « chiens d’accompagnement social  » qui seront confiés à des référents dans des établissements accueillant des personnes âgées dépendantes, souffrant de la maladie d’Alzheimer ou des adultes handicapés.

L’éducation d’un chien dure deux ans, en famille d’accueil puis dans l’un des quatre Centres d’éducation HANDI’CHIENS labellisés par le Ministère de la Santé et le Ministère de l’Agriculture (situés dans l’Orne, les Côtes-d’Armor, le Loir-et-Cher et le Rhône). Son parcours qui en fera un chien d’exception revient à14 000 euros à l’Association, mais tout est gratuit pour la personne handicapée.

En 2014, HANDI’CHIENS a remis au total 131 chiens d’assistance dont 18 chiens d’éveil et 32 chiens d’accompagnement social.
360 chiens sont actuellement en formation, dans leurs Familles d’Accueil ou dans nos Centres spécialisés.


Plus d'informations?

- RDV sur la page Facebook de Ialou

 - Site de l'association d'Handi'Chiens: www.handichiens.org

 Vous avez des questions?

Emilie Michel, Chargée de mission FEHAP Grand Est,Territoires Ardennes, Aube, Haute-Marne et Marne, 06.33.31.50.86, emilie.michel@fehap.fr

* Crédit photos: ASIMAT