Groupe psychiatrie FEHAP Île de France du 18 mai 2021

Le groupe psychiatrie Île de France s'est tenu le 18 mai 2021, et a traité les sujets suivants : campagne budgétaire, la réforme de financement en psychiatrie, l'appel à projet "plateforme de réhabilitation psychosociale", les projets territoriaux de santé mentale, retour d'expérience sur ce qui a été mis en place par les établissements lors des confinements.

La campagne budgétaire

Les établissements viennent de recevoir les sommes allouées pour 2021.

 

L’ARS IDF commence à déléguer les fonds liés au Ségur médecins. L’enveloppe globale se situe autour de 60 millions d’euros. Les établissements reçoivent une somme nette.

 

Le Ségur non médical sera versé sous forme d’aide à la contractualisation (AC).

 

Une légère augmentation de la DAF est constatée, et il faut vérifier si l’augmentation régionale correspond à l’augmentation nationale.

La réforme de financement en psychiatrie

La FEHAP a fait savoir à la DGOS qu’elle souhaitait que les simulations pour la réforme du financement en psychiatrie soient basées sur 2019 et non 2018. De plus, elle a rappelé le principe d’étanchéité des enveloppes public/EBNL.

 

Un groupe de travail a eu lieu le mois dernier au Ministère sur le cadrage des activités spécifiques. Pour l’instant, la liste des activités n’est pas complètement arrêtée, ainsi que leur financement par le niveau national ou régional.

Il est à noter que ce que les établissements ont réalisé de manière spécifique ne sera pas forcément classé comme une activité spécifique.

 

Sur l’enveloppe IFAQ, la FEHAP a très peu d’informations de la HAS.

 

Actualités régionales

Laure WALLON, Directrice de projets santé mentale à l’ARS, intervient sur les sujets régionaux.

 

L’appel à projets (AAP) plateforme de réhabilitation psychosociale

Un projet de 8 plateformes de réhabilitation psychosociale est en cours en Île de France, et il manque encore 8 plateformes.

Le financement est plafonné à 400 000 € par plateforme, sous forme de crédits DAF. Par conséquent, l’ARS ne peut verser cette somme qu’à des établissements sous DAF.

 

Les projets territoriaux de santé mentale (PTSM)

Ils sont quasiment tous déposés sur la plateforme ARS, mais il manque encore deux PTSM. Ces derniers sont en cours de validation et seront prochainement déposés.

 

Un coordonnateur par PTSM sera recruté, financé sous forme de FIR. Un établissement recevra les crédits et portera le contrat du coordonnateur. L’instruction recommande un recrutement dans les 6 mois, mais il est probable que le délai ne soit pas respecté.

 

Le PTSM se décline sous forme de fiches actions, qui feront l’objet d’une contractualisation avec l’ARS. Le contrat définit la gouvernance territoriale ainsi que des éléments juridiques.

Trois PTSM vont se lancer avant l’été, et les autres se lanceront vraisemblablement à l’automne.

 

Les retours de Belgique

Il existe un plan de prévention des départs en Belgique, piloté par la Direction de l’autonomie de l’ARS. Ce sujet est porté par Charlotte FAÏSSE et Isabelle BILGER.

 

Les consultations en psychiatrie, en lien avec la crise sanitaire

 

Les établissements ont constaté un accroissement des consultations en psychiatrie avec la crise sanitaire : certains patients ont intensifié leurs venues, d’autres étaient stabilisés mais ont dû reprendre des consultations, les cas étaient plus compliqués, la liste d’attente a augmenté.

 

Voici ce que les établissements ont mis en œuvre pour faire face aux besoins et demandes des patients :

  • Un élargissement du temps des consultations
  • Une multiplication des créneaux de consultation

 

Les établissements se sont également organisés pour prévenir les risques psychosociaux pour les soignants :

  • Un établissement a mis en place des jours de congé supplémentaires pour les personnels, par un accord interne,
  • Un établissement a accepté de payer les congés payés non pris,
  • Dans un autre établissement, des salariés ont donné des jours de congé pour que les personnels mis en chômage partiel puissent percevoir l’intégralité de leur salaire.

 

La prise en charge des enfants et adolescents pendant le confinement

Faire le bilan de ce qui a été mis en place au moment du confinement, et qui peut donner lieu à des pratiques à pérenniser et étendre :

  • Un établissement a fourni des tablettes pour rester en lien avec les familles,
  • Dans un établissement, les enfants étaient en lien plusieurs fois par semaine, par tranche d’âge,
  • Des accueils individualisés de la famille et des enfants ont été organisés,
  • Des consultations par téléphone ont permis à certains patients d’exprimer des éléments qui n’avaient pas été dits en consultation « classique »,
  • Un établissement a mis en place un questionnaire de satisfaction à la fin du confinement, qui a mis en exergue la satisfaction des parents quant au lien conservé durant le confinement,
  • La visioconférence permet de créer des liens en amont d’une consultation et favoriser la consultation ultérieure, notamment éviter qu’un jeune ne se présente pas à sa consultation,

 

Au regard des éléments positifs liés à la consultation en visioconférence, les professionnels souhaitent que les actes en visioconférence soient pérennisés et valorisés.

 

Questions diverses

La réforme des épreuves de vérification des connaissances (EVC) des praticiens à diplôme hors Union européenne (PADHUE)

Les Agences régionales de santé sont désormais en charge de proposer à la DGOS les postes à ouvrir aux PADHUE lauréats des EVC, par spécialité, en fonction des besoins de santé et d’attractivité sur les territoires, et au sein des établissements en recherche de praticiens.

Une enquête a été envoyée aux établissements par l’ARS, et des postes seront attribués pour chaque établissement. La psychiatrie et la médecine générale font partie des spécialités en tension qui feront l’objet d’une priorisation sur les postes accordés.

 

Le contrat d’allocation d’études (CAE)

L’ARS-IDF, avec les Fédérations Hospitalières, a souhaité mettre en œuvre un dispositif d’allocation d’étude en contrepartie d’un engagement de servir pour fidéliser les étudiants en instituts de formation de professionnels paramédicaux. Cela s'inscrit dans le plan RH en santé de l’ARS IDF, destiné à renforcer l’attractivité et la fidélisation des professionnels non médicaux sur les métiers les plus en tension.

La campagne 2020 vient de se clôturer, et l’appel à proposition 2021 sera lancé le 1er juin pour les établissements de santé et les EHPAD.

 

Les réunions du groupe psychiatrie IDF

Le groupe souhaite la tenue de ces réunions une fois par trimestre. Un lien doodle leur sera envoyé pour programmer la prochaine réunion en septembre.