Ségur de la santé - La FEHAP se félicite des conclusions du Ségur mais attend des garanties concrètes concernant sa mise en œuvre et les secteurs du domicile et du handicap

Paris, le 22 juillet 2020 – Olivier Véran, Ministre de la Santé et des Solidarités, clôt le Ségur de la Santé avec des annonces qui appellent à des changements structurels d’envergure. Elles devraient permettre de redonner de la liberté et de la souplesse aux acteurs. La FEHAP les accueille favorablement, tout comme la prise en compte du secteur privé solidaire sur les revalorisations salariales et sur l’investissement[1]. Pour les oubliés du Ségur que sont les secteurs du domicile et du handicap, la Fédération espère une réforme ambitieuse dans le cadre du futur projet de loi Grand-âge et autonomie.

Vers une gouvernance simplifiée à l’instar du privé solidaire

La crise Covid a souligné l’importance d’avoir une vision globale de la santé. Des enjeux de notre système de santé ont été réaffirmés : le lien entre la ville et l’hôpital, la coopération entre les acteurs du secteur sanitaire et du secteur médico-social, entre le public et le privé, la complémentarité entre le soin et l’accompagnement… Les mesures annoncées par le Ministre vont dans ce sens, en proposant une gouvernance et des procédures simplifiées concernant les autorisations et les contractualisations, mais également l’organisation interne des établissements publics. La souplesse du modèle privé solidaire a d’ailleurs été remarquée lors des débats. Une vision territoriale de la santé couplée à une gouvernance plus médicalisée des structures, devrait également offrir plus de souplesse aux acteurs pour travailler ensemble, en responsabilité.

La Fédération restera vigilante concernant la concrétisation de ces annonces, notamment s’agissant de la reprise de la dette des établissements ESPIC et des 6 milliards d’euros supplémentaires destinés à la fluidification des parcours à domicile.

Les oubliés du Ségur : quelles garanties ?

Si les secteurs du handicap, du domicile et du social restent les grands oubliés du Ségur, ils devraient, a priori, être traités dans le cadre du futur projet de loi grand-âge et autonomie. La Fédération rappelle toutefois qu’aucune garantie concrète n’a été apportée. L’ambition actuelle sur le financement de la perte d’autonomie reste encore trop faible. La FEHAP estime que 10 milliards d’euros seront nécessaires, en 2024, pour accompagner la perte d’autonomie, au domicile comme en établissement. Aujourd’hui, le calendrier du projet de loi reste inconnu. Au niveau des ministères, aucune clarification n’a encore été donnée sur l’attribution du secteur du  handicap.

[1] Communiqué de presse, 14 juillet 2020  – Ségur de la Santé : la FEHAP salue des mesures qui reconnaissent,  à juste titre, sa mission de service public mais regrette la mise à l’écart des secteurs du handicap et du domicile

Ressources attachées