Comité interministériel du handicap : un rendez-vous manqué pour les professionnels

Paris, le 17 novembre 2020 – Alors qu’un comité interministériel du handicap s’achève, la FEHAP, fédération de référence du secteur privé solidaire, fait l’amer constat d’une politique du handicap, certes ambitieuse, mais déconnectée des enjeux financiers qui la conditionnent.


Même si des avancées sont perceptibles en matière de développement de l’habitat inclusif, même s’il est prévu d’accélérer le déploiement des équipes mobiles médico-sociales d’appui à la scolarité, même si le développement de plateformes de services est déterminant pour l’évolution des modalités de l’accompagnement des personnes en situation de handicap et de leurs aidants, sans revalorisation salariale, les ambitions énoncées lors de ce CIH risquent fort d’être difficiles à mettre en oeuvre par des professionnels découragés d’être si peu considérés.

Force est de constater qu’aucune mesure concrète n’émerge en faveur des professionnels du handicap, laissés pour compte de toute revalorisation salariale. Une ineptie pour bon nombre des établissements multi-activités de la fédération où les salariés bénéficiant d’une augmentation de salaire côtoient ceux qui n’en n’ont pas, à fonctions et responsabilités égales. Cette discrimination embrase le dialogue social et sème les graines de mouvement contestataire.


« Le Premier Ministre a renvoyé la question de la revalorisation salariale des professionnels du champ du handicap à la mise en place d’une mission qui sera pilotée par Michel Laforcade. Une réponse dilatoire qui risque de mettre le feu aux poudres. La FEHAP ne demande que la justice et l’équité pour ces professionnels en proie à un grand désarroi et rappelle que la transformation de l’offre médico-sociale ne pourra se faire sans eux », dénonce Antoine Perrin, Directeur général de la FEHAP.

Ressources attachées