Crise des urgences : La FEHAP et la FHP demandent une égalité de traitement des professionnels de santé des services d’urgences publics et privés

Paris, le 27 juin 2019 – Le vendredi 14 juin 2019, Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé, a lancé une mission nationale sur les urgences qu’elle a confiée au Professeur Pierre Carli et au député Thomas Mesnier. A cette occasion, elle a annoncé le déblocage immédiat de moyens financiers avec une revalorisation de l’indemnité forfaitaire de risque au bénéfice des professionnels des services d’urgence. S’agissant du personnel des services d'urgence des établissements de santé privés de tous statuts, les modalités de financement de cette indemnité ne sont toujours pas connues.

Si la FEHAP et la FHP saluent cette mesure nécessaire pour les professionnels des services d’urgence publics dont il faut reconnaître le travail remarquable, elles rappellent que ce travail est également effectué par les équipes des 161 services d’urgence privés de tous statut. Près de 4 millions de Français y sont soignés chaque année.

La FEHAP et la FHP soulignent l’engagement des établissements de santé privés pour répondre à l'engorgement des services d'urgences publics. Les personnels des urgences privées travaillent quotidiennement au service des patients et assurent des missions de service public.

La reconnaissance par les pouvoirs publics de cet engagement implique une égalité de traitement des personnels mobilisés dans les services d'urgences publics et privés.

La FEHAP et la FHP attendent aujourd'hui que les modalités de financement de la revalorisation de la prime annoncée par la ministre soient clairement explicitées pour les services d'urgences privés.