Crise sanitaire – Mobilisation des établissements privés solidaires

A l’heure du bilan, la FEHAP rappelle la mobilisation sans faille des établissements du secteur solidaire dans la prise en charge des patients COVID

Paris, le 15 septembre 2021 – Près de 18 mois après le début de la crise et dans un contexte de messages dissonants concernant l’activité des hôpitaux du secteur privé solidaire, la FEHAP rappelle la mobilisation de ses adhérents hospitaliers, conformément à leur mission de service public. L’adaptabilité et la souplesse du modèle privé solidaire associées à la coopération entre secteurs a permis de faire front, sans qu’il soit question pour quiconque de tirer parti d’une telle situation.

Prise en charge des malades COVID : entre coopération avec les autorités et juste répartition entre les secteurs

La FEHAP tient à souligner l’engagement du secteur privé solidaire depuis le début de la crise sanitaire. Il s’est matérialisé par une réactivité concertée à l’échelon des territoires et un dialogue vertueux avec les autorités régionales en santé. « Nous nous sommes immédiatement mis à la disposition des ARS pour nous adapter aux besoins en faisant évoluer les capacités de nos établissements et services au fur et à mesure de l’évolution de la crise sur l’ensemble du pays » précise Antoine Perrin, Directeur général de la FEHAP.

Les établissements privés solidaires ont fait face à une vague de patients COVID sans précédent, qui ont eu comme effet :
• Une forte poussée des entrées en réanimation a été constatée dans les établissements FEHAP, dont le capacitaire standard ne représente que 5% du national, mais qui a su augmenter sa part de prise en charge de 40 % au plus fort de la première vague.
• A titre d’exemple, les établissements FEHAP en Ile-de-France ont multiplié par trois leurs capacités en réanimation pendant la première vague.
L’ensemble de ces facteurs font toujours peser d’importantes menaces sur les établissements du secteur solidaire, ce qui légitime la sécurisation financière de nos structures.

Une capacité d’adaptation rapide grâce à la souplesse de son modèle

Que ce soit pour les déprogrammations demandées par les ARS, ou pour la reprise d’activité conventionnelle entre les vagues, les établissements privés solidaires se détachent, selon le rapport du comité économique de l’hospitalisation publique et privée, comme les plus réactifs notamment en chirurgie, et en particulier en cancérologie.

Ainsi, grâce à leur souplesse et leur réactivité, les établissements Privés Solidaire ont pleinement rempli leur mission de service à tous les moments de la crise jusque dans sa décroissance.