Rapport Libault : la FEHAP salue l’ambition des propositions

Rapport Libault : la FEHAP salue l’ambition des propositions

Le 28 mars 2019, Dominique Libault a remis à Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé, son rapport « Grand-Âge Autonomie » au terme de la concertation initiée le 1er octobre 2018.

La FEHAP salue l’ambition des propositions contenues dans ce rapport, qui rejoignent largement les propositions faites par la Fédération dans le cadre de cette concertation. La FEHAP sera toutefois attentive aux modalités de mise en œuvre des mesures qui seront reprises par le Gouvernement dans le cadre du projet de loi.

Parmi les 175 propositions du rapport, la FEHAP accueille avec bienveillance notamment celles relatives à l’investissement financier de plus de 500 millions d’euros concernant le secteur des services d’aide et d’accompagnement à domicile et l’augmentation du taux d’encadrement de 25% en EHPAD à l’horizon 2024.

De la même façon, la FEHAP soutient la proposition de créer des fonds d’aide à la restructuration de l’offre et de soutien à la qualité qui permettront, à n’en pas douter, de concourir à la modernisation de l’offre médico-sociale pour personnes âgées. Si cette proposition est reprise par le Gouvernement, la fédération sera vigilante à ce que ces fonds soient utilisés de façon impartiale sans condition de statut.

Enfin, la refonte de la tarification du secteur de l’aide à domicile et des EHPAD avec l’objectif de simplifier et de réduire le reste à charge pour les personnes, et le lancement d’un plan national sur l’attractivité des métiers du Grand Âge sont autant d’orientations qui rejoignent celles de la contribution de la FEHAP, « Grand-âge à l’horizon 2060 : pour une vision transformée de l’accompagnement de nos aînés ».

Celles-ci sont structurées autour de trois grands axes :

-          La transformation de l’offre pour les personnes du Grand-Âge, en lien avec la demande sociétale d’aujourd’hui : la volonté des personnes de rester à leur domicile, le plus longtemps possible. C’est donc à partir de la ville et du domicile, qu’il faut proposer des réponses graduées en termes d’offre médico-sociale, les établissements d’accueil devant évoluer pour fonctionner  comme des domiciles.

-          Le financement de la perte d’autonomie, basé sur une logique de solidarité nationale, visant à compenser les restes à charge encore très importants des personnes et de leurs familles en établissement comme au domicile, dans un contexte d’incertitude du système des retraites tel qu’il existe dans sa forme actuelle.

-          Enfin, l’attractivité des métiers du Grand Âge, qui doit être repensée pour permettre de donner au secteur créateur d’emplois, des professionnels formés, motivés par leur métier et désireux d’aider et d’accompagner les personnes fragiles.

La FEHAP espère qu’elles pourront inspirer le futur projet de loi Autonomie. Elles visent également à alimenter le débat public autour de cet enjeu de société qui nous concerne et nous concernera tous un jour ou l’autre.

Ressources attachées