UN PATIENT DIALYSE AU SEIN D’AIDER SANTE SUR LA LIGNE DE DEPART DU MARATHON DE MONTREAL

Jacques Ales fait de l’activité physique un « leitmotiv » face à la maladie. Atteint de plusieurs cancers depuis 2001 et dialysé depuis 9 ans à l’unité de dialyse AIDER SANTÉ de Montpellier, ce sportif amateur, a couru plusieurs marathons et trails, parcouru les « 100km de Millau », réalisé un relai Fabrègues-Lourdes.

« Si je n’avais pas eu la course à pieds qui me motive, je ne m’en serai pas sorti. Aujourd’hui, c’est un équilibre de vie. Si je ne cours pas, les analyses s’en ressentent. Le sport m’apporte du bien-être, je suis arrivé à occulter tous les inconvénients de la maladie. »

 

A 65 ans, Jacques Ales s’est fixé un nouveau défi, celui de parcourir le marathon de Montréal, le 24 septembre prochain. Une épreuve hors norme, pour laquelle AIDER SANTE lui apporte son soutien logistique.

A travers cet engagement sportif, ce patient veut « […] faire bouger les mentalités : Si je peux le faire à mon âge, c’est que tout le monde peut pratiquer une activité physique. Sans aller jusqu’à faire des marathons, il faut essayer de marcher, de se bouger. Pour les patients en dialyse, c’est important. C’est important pour tout : en fait, je pense que le sport régule tout. »

 

Son médecin, le Docteur Estelle Ricard-Sutra, apporte cependant une précision « [Le sport] a entretenu incontestablement son capital cardio-vasculaire et général. La pratique d’une activité physique ne peut être que bénéfique pour tout le monde. C’est le meilleur des « médicaments ». Il faut cependant prendre en compte les pathologies sous-jacentes et adapter l’activité physique à chacun tout en essayant d’en repousser un peu les limites. »

Le parcours de ce patient démontre, non pas que courir un marathon est accessible et recommandé pour tous, mais que l’activité physique, adaptée aux capacités de chacun est une vraie thérapeutique non médicamenteuse, favorable à l’état physique et psychologique, au maintien de l’autonomie et au « bien vieillir ».

 

C’est en ce sens qu’AIDER SANTÉ, établissement de santé spécialisé dans le traitement des patients souffrant d’Insuffisance Rénale Chronique en Occitanie (partie Languedoc-Roussillon), a souhaité soutenir Monsieur Ales pour sa participation au marathon de Montréal et met en place de nombreuses actions pour sensibiliser les patients aux bienfaits de l’activité physique.

 

Pour cet établissement, dont l’offre de soins est basée sur la proximité du lieu de vie et la personnalisation des soins en intégrant toute les modalités de dialyse et soins support, la prise en considération des projets de vie des patients doit prendre une place importante dans l’efficacité de leur prise en charge.

C’est également l’occasion de rappeler que non seulement l’activité physique est compatible avec une maladie chronique, mais qu’elle est recommandée et constitue une part importante du bien-être des patients.

C’est, depuis quelques années, un enjeu de santé publique. Si depuis 2012, la sensibilisation des patients dans la pratique d’une activité physique adaptée fait partie intégrante du parcours de soins en dialyse, il est à noter que depuis janvier 2016, l’activité physique peut faire l’objet d’une prescription médicale, dans le cadre du parcours de soin d’un patient atteint d’une Affection Longue Durée (article 144 de la loi n°2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé).